Blanche

  • Frantisek Zvardon, photographe, est installé à Strasbourg depuis plus de vingt ans. Diplômé de la Grande Ecole de Photographie et de Philosophie de Brno et de Prague, il consacre sa vie à cet art. Grand voyageur, reporter et illustrateur, il travaille pour de nombreux magazines et éditeurs du monde entier. Reconnu unanimement pour son travail, il obtient plusieurs prix internationaux : le prix Unesco FIAP "A Better way le live" à Vancouver en 1976, le prix Agfa-Gevaert à Leverkusen en 1983, le prix Olympus à Tokyo en 1990, le prix P.N.U.E. (Programme des Nations Unies pour l'Environnement) en 1996. Il a illustré à ce jour plus de 300 ouvrages, dont le plus important : "Empreinte du temps", Musée national d'Opava en 2001 ; "Surma" (Ethiopie) on 2006, aux Editions Castor et Pollux ; "L'Alsace" en 2006, "Bleu de Terre" en 2008 et "Strasbourg", en 2009 pour le 60e anniversaire de l'OTAN, édités aux Editions Carré Blanc ; "Les Alsaciens", en 2009, aux Editions de La Nuée Bleue ; "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle" et "La Route des Vins" dans la collection "En Vol", en 2010, aux Editions du Signe ; "Au Fil du Rhin", en 2010, aux Editions de La Nuée Bleue.

  • Qu'est-ce qui anime, obsède et déchire la société polonaise d'aujourd'hui ? Quelle est l'origine profonde des événements politiques qui secouent l'opinion publique polonaise et retentissent à travers l'Europe ? Comment expliquer les causes de la volte-face anti-européenne qu'a effectuée, il y a peu, « le meilleur élève de l'Union Européenne » ?
    Hourras et désarrois est un recueil d'essais sur la Pologne actuelle. Pour la comprendre, une seule clef : la culture, comprise avant tout comme un ensemble de manières de penser, de sentir et d'agir propres à une société donnée.
    La Pologne actuelle est racontée ici par le biais de la création artistique (littérature, arts visuels, théâtre), outil hyper-sensible pour capter et sonder les mécanismes culturels profonds, mais aussi à travers des phénomènes culturels populaires comme les mèmes, les manifestations de rue, les néologismes les plus en vogue, les stéréotypes, les styles de vie ou les objets de la vie quotidienne.

  • « Le formalisme, c'est l'essentiel. » La déclaration de Jan Groover résume à elle seule l'ambition plastique de son oeuvre, qui incarne aujourd'hui l'un des moments phares de l'histoire de la photographie et du genre de la nature morte. Menée au gré d'une expérimentation constante et variée, la recherche de Jan Groover s'est concentrée sur les formes et leur capacité à transformer la perception de l'image.

    Au début des années 1970, elle est remarquée par le milieu artistique new-yorkais pour ses polyptyques consacrés aux voitures et à l'environnement urbain. Vers 1978, Jan Groover change radicalement de sujet pour se tourner vers la nature morte, qui constitue l'essentiel de son travail. Réalisées en studio, ses compositions relèvent de techniques variées. Dans les années 1970 et 1980, elles contribuent activement à la reconnaissance institutionnelle et artistique de la photographie en couleurs. Jan Groover développe alors un grand intérêt pour un procédé de la fin du XIXe siècle, le platine-palladium.

    Auteurs des textes : Tatyana Franck, Paul Frèches, Émilie Delcambre Hirsch, Bruce Boice, Sarah Hermanson Meister et Pau Maynés Tolosa.

  • Diapositive

    Collectif

    Si l'histoire de la photographie s'est construite autour de la question du tirage, la projection photographique a connu un important développement dès le dernier tiers du xix e siècle, notamment dans la tradition des spec- tacles de lanterne magique. Longtemps restreinte au domaine de l'enseignement, aux conférences publiques et au divertissement populaire, la photographie projetée se développe également chez les photographes amateurs.
    C'est à partir des années 1960 que la création artistique intègre la diapositive, lorsque les artistes conceptuels s'en emparent comme moyen alternatif de création.
    L'ouvrage, organisé en quatre grandes sections théma- tiques (l'image de la lumière, le dispositif, la séquence et la séance), présente les spécificités de la diapositive. La sélec- tion iconographique comprend des travaux d'amateurs et de photographes professionnels tels que Alfred Stieglitz et Helen Levitt ; elle montre ses usages dans le domaine de l'éducation et du divertissement populaire ; son intégra- tion dans le domaine du design telles que les projections de Le Corbusier et de Charles et Ray Eames ; ainsi que des oeuvres représentatives de l'intérêt des artistes conceptuels pour la projection à partir des années 1960 tels que Dan Graham, Robert Smithson, Jan Dibbets, Allan Sekula, Nan Goldin, Runo Lagomarsino, James Coleman...
    La publication comprend quatre essais et une interview de l'artiste Krzysztof Wodiczko, reconnu internationa- lement pour son engagement culturel et social à travers ses projections extérieures à grande échelle, présentées dans une douzaine de pays.

  • Dans ce livre, ceux qui ont connu Balthus de près racontent chacun à sa manière un morceau de vie avec lui. Une série d'éclairages sur un très grand peintre pour qui " l'art doit aider à vivre ". Le livre rassemble aussi bien des auteurs de renom qui ont connu Balthus et ont écrit sur lui et sa peinture (Albert Camus, Antonin Artaud, René Char, Pierre Jean Jouve, Jean Starobinski...), que des spécialistes de son oeuvre comme Jean Clair ou des amis (Federico Fellini, Philippe Noiret, Shan Sa, Bono, Richard Gere ou David Bowie...), sans oublier, bien sûr, sa famille.

  • Paroles de Bretons t.1

    Collectif

    90 portraits de Bretons connus ou anonymes qui livrent par leurs regards ou leurs propos un témoignage unique sur une région pas comme les autres, la Bretagne. Photos magnifiques qui racontent ce qu'un texte ne peut pas dire, propos et entretiens marquants recueillis par l'équipe du magazine Bretons. Ils sont écrivains, politiques, dirigeants d'entreprise, cinéastes, journalistes, scientifiques... et nous racontent pourquoi ils se sentent Bretons.

  • Le livre Douze écrivains et un photographe de grand talent nous livrent leur regard singulier, oblique, poétique, l'écho de leur propre expérience, sur la région de la mer Noire.

    Ovide et Pouchkine furent exilés sur son rivage. Ses vagues ont porté le navire des Argonautes. Connue par la Grecs anciens comme l'Inamicale, elle est peu à peu devenue l'Hospitalière. La mer Noire. Sur ses rives, entre les ruines de civilisations disparues et les vestiges de la mégalomanie soviétique, renaît aujourd'hui une vie nouvelle. Ici, l'Est rencontre l'Ouest, l'Asie rencontre l'Europe. Secouée par les conflits, bénie par de multiples promesses de bonheur, la région de la mer Noire est un paysage de l'avenir européen : marqué par l'inquiétude, le renouveau et le désir de liberté. Que se passe-t-il ici, entre Constanza et Odessa,Yalta et Sotchi, Batoumi et Istanbul, sur les ruines de l'histoire la plus ancienne et la plus récente ? Un voyage aux frontières d'empires disparus, dans des lieux d'exil et de refuge.
    " Nous avons demandé à des écrivains originaires des États qui jouxtent la mer Noire et à des auteurs qui se sont promenés sur ses côtes ou ont rêvé de s'y rendre de nous parler de villes et d'horizons qui laissent transparaître un peu de l'avenir. Des régions surgissent, auxquelles s'accrochent des rêves, des souvenirs, des nostalgies, des paysages qui suscitent l'enchantement ou l'effarement. " Katharina Raabe, extrait de la préface.

    Les auteurs Douze écrivains et un photographe de grand talent nous livrent leur regard singulier, oblique, poétique, l'écho de leur propre expérience, sur la région de la mer Noire.
    Avec des textes de Neal Ascherson (Écosse), Attila Bartis (Hongrie), Mircea Cartarescu, Nicoleta Esinencu (Roumanie), Karl-Markus Gauss (Autriche), Katja Lange-Müller (Allemagne), Sibylle Lewitscharoff (Bulgarie et Allemagne), Aka Morchiladze (Géorgie), Emine Sevgi Özdamar (Turquie), Katja Petrowskaja (Ukraine), Andrzej Stasiuk (Pologne), Takis Theodoropoulos (Grèce). Et un essai photographique d'Andrzej Kramarz (Pologne).

    .

  • Reportages littéraires et photographies d'artistes européens sur les lieux " ultimes " de l'Europe : depuis l'île enchanteresse d'Ada-Kaleh, aujourd'hui sous les eaux du Danube, jusqu'au plus oriental des villages de Norvège, l'Ultima Tule du continent. Maîtres accomplis du reportage littéraire ou poètes, les auteurs de Last & Lost nous invitent à nous pencher sur le naufrage lent de certaines frontières : frontières politiques, caprices des tyrans, frontières mouvantes entre la terre et l'eau, entre l'homme et la sauvagerie... Toute l'histoire du siècle passé affleure sur la rouille des barbelés, et ce sont alors les lignes Maginot de notre imaginaire qui s'éveillent en écho. A la lecture de Last & Lost, on s'émerveille de cette Europe immense, inépuisable, si riche et si diverse. Dans cette anthologie, les photographies sont des contributions à part entière : oeuvres d'art autant que propositions conceptuelles. Héritiers du courant de " New topographics ", les photographes de Last & Lost s'attachent à rendre manifeste l'empreinte du pouvoir sur le monde visible.

  • Wojciech Zamecznik est un artiste graphique polonais considéré comme un pionnier dans l'association du médium photographique aux arts graphiques. Cet ouvrage paraît dans le cadre de l'exposition du Musée de l'Elysée, en collaboration avec la Fondation Archeologia Fotografii qui conserve les archives de l'artiste à Varsovie. L'ouvrage présente le caractère multidisciplinaire et expérimental de l'oeuvre de Zamecznik. Sa production couvre une grande diversité de sujets (portraits, paysages, architecture, natures mortes) révélant son intérêt pour la photographie documentaire, humaniste et surtout l'esthétisme de la Nouvelle Vision. Il témoigne également d'une pratique plus expérimentale (photomontages, photogrammes, surexpositions, manipulations chimiques) et d'un travail direct sur le matériel photosensible. Les images montrées ici sont utilisées pour différents supports : édition, affiches, films, pochettes de disques. Elles lui servent aussi pour son travail de scénographe d'expositions et de spectacles. La sélection iconographique comprend la reproduction des tirages originaux de Zamecznik, des négatifs, épreuves préparatoires, tirages, planches-contacts et son oeuvre graphique finalisée.
    La publication comprend une étude sur sa pratique photographique (Anne Lacoste), un texte biographique (Karolina Puchala-Rojek) et un texte présentant la scène artistique polonaise contemporaine de Zamecznik (Agnieszka Szewczyk et Karolina Lewandowska).

  • Combat et création

    Collectif

    Ce choix de lettres entre le poète Zbigniew Herbert et cinq brillants intellectuels polonais de l'émigration offre au lecteur un panorama de la vie culturelle et politique de la seconde moitié du xx e siècle, de part et d'autre du rideau de fer. Si les oeuvres de Herbert sont célèbres, la discrétion de l'homme fait qu'il reste mal connu. Or, chacun des correspondants étant doté d'une forte personnalité, ces échanges privés se déploient en de multiples directions ; ils concernent l'art avec Czapski et Herling, les questions éditoriales avec Giedroyc, le « rédacteur » de la célèbre revue Kultura, le voyage et l'histoire avec Jelenski, l'éco- nomie, la politique... et les potins avec Hertz. Deux constantes, pourtant, dans ces dialogues : l'amitié et l'ironie.
    Tous ces personnages, qu'ils aient ou non choisi l'exil, ont été confrontés à une forme de perte, du fait de la guerre et du totalitarisme, et ils s'en sont défendus avec des livres. Et c'est aussi cette histoire que raconte le présent recueil.

  • Observateur émerveillé de notre planète, Bernard J. Naegelen parcourt depuis de longues années, l'Alsace, l'Europe et le monde, à la découverte d'images insolites.
    Son engagement pour défendre le siège du Parlement Européen à Strasbourg, sa ville, l'a amené durant plusieurs mois, à arpenter l'édifice jusque dans ses moindres recoins.
    Il en résulte aujourd'hui un ouvrage majeur «Parlement européen de Strasbourg - Au Coeur des Etoiles » et une magnifique exposition constituée de seize photographies géantes extraordinaires ou surprenantes.
    Edité par les éditions Carré Blanc, ce beau livre grand format, agrémenté de citations de personnalités à l'origine de la construction européenne, magnifie cet ensemble architectural majeur et hautement symbolique de la capitale européenne, dans lequel l'on entend battre le coeur de l'Europe.

  • Le premier guide de prestige des rotariens, un rendez-vous gastronomique très attendu, mis en lumière dans cette première édition d'une qualité photographique exceptionnelle !
    Hôtels, restaurants, domaines viticoles, golfs et boutiques, sélectionnés pour leur accueil, produit et service irréprochable en termes de prestation, illustrent par leur originalité et leur authenticité les régions Alsace et Franche-Comté.

    Un classement par thèmes vous est proposé (hôtels, restaurants, viticulteurs, golfs, épiceries fines, etc.) clairement identifié par un code couleur.
    Une sélection d'adresses originales et authentiques représentant l'excellence et le raffinement des régions Alsace et Franche-Comté.
    Une mise en page soignée, illustrée de nombreuses photographies d'une qualité rare au stylisme élaboré.
    Un soutien à de grandes causes.

  • Après le succès de l'ouvrage Alsace, Alchimie d'une terre de savoirs, l'éditeur Carré Blanc est fier de présenter leur nouveau projet, ouvrage d'art spécifiquement consacré aux Sciences de la Vie dans l'espace géographique du Rhin.
    Un ouvrage d'excellence qui présente la recherche fondamentale des Sciences de la Vie dans les domaines de la biologie, des biotechnologies, de la pharmacie ou de la médecine dans l'espace géographique du Rhin supérieur, région transfrontalière au coeur de l'Europe, réunissant la France, l'Allemagne et la Suisse.
    Un ouvrage en trois parties : des portraits de scientifiques alsaciens, la participation d'institutions et d'entreprises de dimension internationale.
    Des contributions de prestige : Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de Chimie, Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine.
    Préface rédigée par la Commissaire européenne à la recherche, à l'innovation et à la science.
    Environ 40 photos scientifiques artistiques.

  • Écrivain et dramaturge de renom, August Strindberg (1849-1912) est aussi l'un des plus grands peintres suédois.
    À l'occasion d'une exposition exceptionnelle, cet automne à Lausanne (avec le concours de prestigieuses institutions, telles que le Nationalmuseum de Stockholm ou le Musée d'Orsay à Paris, et avec le soutien d'importantes collections privées), les Editions Noir sur Blanc publient un ouvrage richement illustré sur l'oeuvre picturale et photographique du grand dramaturge scandinave.
    Du début des années 1870 à l'aube du xxe siècle, en Suède comme lors de ses « exils volontaires » en France, en Suisse, en Autriche ou encore en Allemagne, Strindberg s'essaie à la peinture et à la photographie en autodidacte. De ces expérimentations naissent des oeuvres d'une modernité rare, parmi lesquelles d'extraordinaires paysages traduisant le déchaînement des forces naturelles.

  • Lors du colloque " 1956, une date européenne ", quatre thèmes marquants ont été abordés : le rapport Khrouchtchev au XXème congrès du Parti communiste soviétique ; les évènements insurrectionnels en Pologne ;
    L'insurrection de Hongrie ; l'expédition franco-anglaise avortée du Canal de Suez. Il y a plus d'un demi-siècle les deux Europe ont été traversées par une formidable onde de choc d'Est en Ouest. Le rapport Khrouchtchev au XXème Congrès du P.C.U.S., l'Octobre polonais et l'intervention soviétique en Hongrie, ont été le plus souvent analysés et commémorés comme un premier schisme dans le système totalitaire soviétique. Rares étaient ceux qui établissaient des corrélations à l'échelle européenne, entre l'évolution du communisme au pouvoir et l'évolution politique dans les démocraties occidentales. On constatait certes un lien entre le conflit de Suez et l'écrasement de l'insurrection hongroise, mais l'effet " boule de neige " de la décomposition du communisme était moins perceptible. Le mur de la guerre froide séparait aussi les récits et les analyses de 1956. Par les textes qui le composent, cet ouvrage insiste sur le caractère organiquement européen de l'héritage de 1956. Il s'inscrit dans les efforts pour niveler l'asymétrie entre les mémoires des anciens et des nouveaux membres de l'Union européenne.
    1956 n'a pas toujours était perçu comme une date qui relie tout notre continent - tantôt cantonnée au cadre national, polonais ou hongrois, tantôt exportée ailleurs, pour être mise en musique dans les enjeux internes occidentaux, notamment dans les tentatives d'affaiblissement des partis communistes encore relativement puissants en France ou en Italie. L'hypothèse du grand troc diplomatique " à vous le Suez, à nous Budapest " ne faisait que creuser la séparation en deux réalités en apparence distinctes. L'européanisation de l'événement est venue bien plus tard. Et pour qu'elle s'accomplisse pleinement il a fallu deux tournants de l'histoire : la fin du communisme est-européen en 1989 et l'adhésion des pays de l'Europe centrale à l'Union Européenne en 2004.
    Les auteurs : Kecskés, Thomas Schreiber, Antoine Marès, Jacques Rupnik, Antonin J. Liehm, René Rémond, Norman Davies, Gérard Grunberg, Marc Lazar, Bronis?aw Geremek, Gergely Fejérdy, Mariusz J. Sielski, C. Pierre Zaleski.

  • Les meilleurs auteurs de récits et nouvelles du catalogue de Noir sur Blanc, avec des textes inédits de Chichkine, Pilch, Gor, Zochtchenko et Bobkowski. Humour féroce, extravagances du fantastique russe ou yougoslave, inoubliables images de l'enfance : un voyage à travers les pays de l'Est, tour à tour drôle, effrayant, lumineux et émouvant. Eriks Adamsons, Janusz Anderman, Ljubica Arsic, Andrzej Bobkowski, Mikhaïl Chichkine, Guennadi Gor, Zygmunt Haupt, Mikhaïl Kouzmine, Ivan Kraus, Slawomir Mrozek, Jerzy Pilch, Svetlana Schönbrun, Fiodor Sologoub, Andrzej Stasiuk, Mikhaïl Veller, Mikhaïl Zochtchenko

  • La Revue bédéphile accompagne désormais BDFIL, le festival international de bande dessinée de Lausanne. Richement illustrée, elle en reflète les contenus, mais pas uniquement : elle se veut un lieu d'exploration autour de la bande dessinée. La Revue bédéphile présente, à côté des dossiers monographiques, des interviews d'artistes ou de personnalités du neuvième art, des approches historiennes, sensibles ou esthétiques, des essais, des hommages. Elle comporte d'importantes sections d'images, composées de carnets de croquis, de projets de commande et de planches inédites.
    En 2016, l'invité d'honneur du festival est le dessinateur Derib, dont les séries Yakari et Buddy Longway ont passionné le public.
    Hergé est également à l'honneur, avec une rétrospective qui présente les différentes facettes du père de Tintin, tour à tour illustrateur, graphiste ou caricaturiste.
    La Revue s'intéressera également au travail de plusieurs dessinateurs et dessinatrices exposés dans le cadre du festival, notamment Catherine Meurisse (de Charlie Hebdo) et l'illustrateur suisse Pierre-Alain Bertola ; la revue suisse-allemande Strapazin et l'exposition pour adultes Flower Power seront évoqués en textes et en dessins. Enfin, une part importante de la Revue sera consacrée à un projet de commande, intégralement reproduit dans ses pages : 35 artistes du monde entier inventent une suite à la BD mythique de Winsor McCay, Les Cauchemars de l'amateur de fondue au chester... Des pages qui s'annoncent délicieusement indigestes !

  • Cet ouvrage rassemble un collectif de 56 plumes libanaises francophones qui ont contribué à rédiger un texte libre sur le thème du ?pays message? que le Liban n'est malheureusement plus. Cette compilation de textes a été initiée par Noir Blanc Et Caetera dans une volonté de promouvoir la francophonie et le livre en broché, envers et contre tout. Mais aussi et surtout afin de libérer une parole souvent bâillonnée lorsqu'il s'agit de parler du Liban. Ces messages, comme des bouteilles lancées à la mer, sont autant de ?pansements? concoctés par leurs auteurs à l'intention d'un pays profondément blessé dans sa chair, meurtri et exsangue, qui assiste, impuissant, à sa chute vers un abîme sans fin.

  • Je est un autre

    Collectif

    Depuis le milieu des années 80, l'Association psychiatrique américaine (APA) impose au monde entier sa vision dépistage, recensement, multiplication des troubles psychiques à l'infini et commercialisation sans frein de nouveaux psychotropes. La relation médecin,malade et la relation soignant,soigné, qui donnent au sujet la parole au,delà de sa maladie, sont oubliées. Pour avoir anobli la position du sujet qui souffre, l'enseignement de la psychiatrie française et de la psychanalyse est à son tour écarté. Pourtant, sur le terrain, l'expérience de la psychothérapie institutionnelle à l'Hôpital Mont Liban montre qu'il est possible de se référer à une classification type DSM (Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux) tout en pratiquant une psychiatrie institutionnelle. Enfin, sur un plan plus large, comment et en quoi la langue française et la francophonie multiculturelle peuvent,elles contribuer à la réhabilitation d'un sujet qui parle et non d'un individu réduit seulement à sa maladie ? Le Je est un autre d'Arthur Rimbaud condense à lui seul la majeure partie de la clinique et de la théorie psychanalytiques.

  • À travers des éclairages, des portraits, des enquêtes, découvrez des fi gures et des faits marquants de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne. Connaissez-vous l'histoire du Maquis de Saint-Marcel (le maquis le plus important de France !), l'itinéraire des grands résistants bretons (Jacques de Bollardière, Rol-Tanguy, Colonel Rémy...), ce que fut réellement le rôle des nationalistes bretons, l'étendue de la destruction des bombardements des villes, la terrible histoire des 60 déportés de Morlaix, la libération des poches de Lorient et de Saint-Nazaire... ? Voici une synthèse claire et pédagogique de cette période de notre histoire, avec ses zones d'ombres et ses faits de gloire.
    Ce livre est une réédition, enrichie et augmentée, d'un hors-série qui fut un best-seller du magazine Bretons.

empty