Parole Et Silence

  • Le thème de l'écologie retenu cette année pour les « Conférences de Carême » de Lyon trouve naturellement sa place dans l'année 2020-2021, dédiée au 5e anniversaire de l'encyclique du pape François Laudato si'.

    Ce texte, on le sait, a reçu un écho favorable bien au-delà du cercle de l'Église catholique. Il rejoint en effet les aspirations conscientes ou inconscientes de millions d'habitants de notre planète, ce qui fait dire au Pape François : «?La conscience d'une origine commune, d'une appartenance mutuelle et d'un avenir partagé par tous, est nécessaire.?».

    En articulant la crise environnementale actuelle et la crise sociale - car «?tout est lié?» - le Pape définit une écologie intégrale et lance un appel à la conversion écologique : «?J'adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l'avenir de la planète. Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons et ses racines humaines nous concernent et nous touchent tous.?».

    L'enjeu n'est pas simplement de prendre soin de la nature, il s'agit de «?créer un monde plus attentionné, plus fraternel, plus pacifique et plus durable?», comme l'explique le dicastère pour le Service du développement humain intégral. En réalité, l'écologie concerne tous les hommes et tout l'homme...

    Mgr Olivier de Germay.
    Archevêque de Lyon.

  • Ce recueil de pensées se veut une invitation à la méditation et au silence intérieur, conditions préalables à un retour au plus profond de l'être, là où Dieu parle en secret à l'âme.
    La mystique que nous proposent ces Chemins vers le silence intérieur est un itinéraire spirituel praticable par tous.

    Sainte Thérèse d'Ávila (en religion : Teresa de Jesús, baptisée : Teresa Sánchez de Cepeda Dávila y Ahumada2), née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Vieille-Castille) et décédée la nuit du 4 au 15 octobre 15823 à Alba de Tormes (Espagne), est une religieuse carmélite espagnole et réformatrice de l'Ordre du Carmel au XVIe siècle.
    Profondément mystique elle laissa des écrits sur son expérience spirituelle qui la font considérer comme une figure majeure de la spiritualité chrétienne.

    Canonisée en 1622, elle fut la première femme reconnue, au xxe siècle, comme docteur de l'Église catholique. Liturgiquement sainte Thérèse d'Avila est commémorée le 15 octobre.

  • À l'occasion de la sortie de l'exhortation du pape François sur l'appel à la sainteté dans le monde actuel, le collège des Bernardins propose réactions, analyses et commentaires pour aider la mise en oeuvre du document.
    Une lecture pour tous ceux qui sont engagés dans la pastorale, pour tous les chrétiens qui veulent répondre pleinement à l'appel de Jésus : "Soyez saints que votre père est saint".

  • Saint Irénée, 2ème évêque de Lyon, est probablement mort martyr en 202 à Lyon. L'année 2020 est l'occasion pour le diocèse de Lyon de découvrir ou redécouvrir ce missionnaire venu de Turquie, ses intuitions théologiques toujours actuelles concernant l'unité, la paix, la relation à Dieu, les saintes Ecritures, la création et l'écologie.
    Les 6 conférences de Carême de Lyon participeront donc à approfondir la connaissance de cette figure lyonnaise d'importance.

  • C'est toute la spiritualité du père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus qui est proposée, comme chaque année, pour accompagner quotidiennement les croyants.
    Selon le principe des éphémérides, une page par jour comprenant :
    - le nom du saint fêté ce jour.
    - les références des lectures du jour, avec mention de la semaine du psautier.
    - une phrase tirée de ces lectures.
    - une phrase du père Marie-Eugène.
    Le P. Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, carme, est fondateur de l'Institut Notre-Dame de Vie et l'auteur de Je veux voir Dieu. Le 19 décembre 2011, le pape Benoît XVI a reconnu ses vertus héroïques et le 04 mars 2016, le Pape François a autorisé l'Église à procéder à sa béatification qui réalisée le 19 novembre 2016 en Avignon.

  • La pensée sociale de l'Eglise a longtemps été le parent pauvre de la réflexion chrétienne elle-même. Ceux qui, ces dernières décennies, l'ont recueillie, commentée, valorisée, ou enrichie , ont parfois connu la traversée du désert. Comme si la mémoire des réflexions successivement produites depuis Léon XIII jusqu'à Jean XXIII avait été confinée dans les tombeaux des idéologies trépassées. Le célèbre ouvrage de Marie-Dominique Chenu, à l'intitulé provocateur : La doctrine sociale de l'Eglise comme idéologie (1979), n'avait pas peu contribué à sa mise en cause dans une opération qui, certes plus largement, visait la « théologie abstraite » et entendait stigmatiser des procédures d'universalisation magistérielle de postures occidentales.
    Quatre décennies après, un tel diagnostic appellerait plus que de la circonspection, plutôt une réévaluation. En effet, cette doctrine sociale ne saurait être tenue sans reste pour une « idéologie » alors même qu'elle en a traversé les champs divers, y compris les champs de ruines. Empreintes d'époques passagères, habitées par les préoccupations concrètes que celles-ci généraient, ses recommandations ne peuvent être appréciées sous le seul angle de la sociologie politique ou du seul présupposé philosophique auxquels personne, certes, ne saurait s'affranchir, assurément pas ceux qui les fustigent. Transcendées par le message évangélique, elles ont stimulé, décennie après décennie, une même préoccupation qui concerne la dignité de tout humain.

  • Ce livre est illustré de magnifiques reproductions représentant les Martyrs de Lyon et disséminées dans les églises, musées et autres édifices du diocèse : peintures, mosaïques, fresques, vitraux, sculptures... d'artistes anciens ou contemporrains.
    Lyon, capitale des Gaules, est au IIème siècle à l'apogée de son rayonnement. Au coeur de cette civilisation brillante, la manière de vivre des chrétiens devient la cible d'un mécontentement populaire. Eclate contre l'Eglise une persécution qui amène les chrétiens à confesser publiquement leur foi en Jésus-Christ. On connaît Blandine, le vieil évêque Pothin... Ils sont quarante-huit au total et leur martyre scelle la fondation de l'Eglise de Lyon par un baptême de sang. La Lettre des chrétiens de Vienne et de Lyon en 177 transmise par Eusèbe de Césarée invite à découvrir un patrimoine exceptionnel et des témoins à suivre encore aujourd'hui. "Car les martyrs, nous en aurons toujours avec nous." Cardinal Philippe Barbarin Cette version beau-livre est enrichie de fresques reproduites en double pages et d'une couverture rigide.

  • Au XVIIIe siècle, l'idée de progrès était essentiellement morale ; l'homme était perfectible. Au XiXe et au XXe siècle, le progrès est devenu matériel, il s'agissait de s'enrichir, de vivre mieux. Aujourd'hui, nous entrons dans une nouvelle ère, dans une troisième dimension celle de l'homme augmenté voire celle du transhumanisme.
    Le mariage de la biologie et du numérique alimente l'idée folle de vaincre la mort. nous sommes ainsi passés d'une société théocentrée à une société technocentrée économico-pilotée.
    Le succès planétaire de l'essai « Homo deus » de l'historien israélien Yuval noah Harari qui évoque l'avenir de l'humanité révèle, s'il en était besoin, l'obligation pour l'Homme de Conscience de s'intéresser profondément aux grands défis scientifiques dans leur rapport avec l'Homme en chemin d'accomplissement.
    Peut-on encore parler de finitude de l'homme au temps du transhumanisme ?
    Comment concilier grandeur de l'Homme et homme augmenté ?
    La parole est donnée à des scientifiques, à des artistes, à des philosophes, à des théologiens, à des économistes...
    ...Cette parole ne restera pas stérile, destinée aux générations futures, elle participera à leur formation à l'humanisme numérique de demain.

  • Le Père Edouard Adé, prêtre béninois en charge de la commission "Foi, culture et développement" pour huit conférences épiscopales de l'Afrique de l'Ouest, publie et présente un colloque tenu en Afrique sur la théologie de Joseph Ratzinger : recueillir l'héritage théologique de Benoît XVI.
    Le pontificat de Benoît XVI a laissé à l'Église entière un magistère riche touchant les fondamentaux de la foi catholique et la mission de l'Eglise en ce temps. Il a reposé sur une longue expérience de service de l'intelligence de la foi nourrie aux sources de l'Ecriture et de la Tradition vivante de l'Église. Recueillir cet héritage et en faire profiter les Jeunes Eglises confrontées à de nombreux défis liés non seulement à leur contexte historique et culturel mais aussi à l'impact de la mondialisation, constitue une mission de première importance. C'est dans cette perspective que se situe la session internationale de théologie autour de la trilogie de Joseph Ratzinger sur « Jésus de Nazareth » qui présente un intérêt pastoral et pédagogique majeur pour nos Jeunes Églises en Afrique.
    L'objet de cette session sur la trilogie de Joseph Ratzinger - Benoît XVI Jésus de Nazareth était de proposer un chemin d'intelligence de la foi qui, tout en prenant en compte les réquisits légitimes mais non suffisants de la méthode historico-critique, offrirait une approche qui fasse véritablement de l'expérience de la foi un lieu de rencontre personnelle et communautaire avec le Fils du Dieu vivant (exégèse canonique), en vue d'un engagement chrétien conséquent dans la société, depuis la sphère culturelle jusqu'au domaine du politique en passant par celui de l'économie.
    Michaela C. Hastetter - Jacques Servais - Yann Le Lay - Christoph Ohly - J.-P. Sonnet - Olivier Artus - Justinus C. Pech - Bernard Fansaka Biniama - Charles Whannou - Catherine Gbedolo - Stephan Otto Horn - Frédéric Louzeau

  • Philosophie et théologie de l'histoire chez Teilhard de Chardin, par le P. Doyen Philippe CAPELLE-DUMONT, Université de Strasbourg et Institut catholique de Paris, Président de l'Académie catholique de France. Quelle vision de l'homme ? La question du péché originel, par le P. François EUVÉ, s.j., Rédacteur en chef de la revue Études, titulaire de la chaire Teilhard de Chardin (Centre Sèvres).
    Le champ scientifique: Teilhard paléontologue et géologue : quels travaux scientifiques ont conduit à sa vision de l'évolution ? par Marc GODINOT, Muséum d'Histoire naturelle, Paris.
    Le dialogue science-théologie cher Pierre Teilhard de Chardin et Jean Ladrière : parallélisme et divergences, par Dominique LAMBERT, Académie royale de Belgique, Académie catholique de France.
    Pourquoi Teilhard de Chardin n'a pu échapper au mirage de l'eugénisme, par Michel MORANGE, École normale supérieure, Académie catholique de France.
    Le champ éthique: Le multiple, le mal et la question de l'option, par Marie-Jeanne COUTAGNE, Académie catholique de France.
 Pierre Teilhard et le Féminin : de Marguerite à Jeanne Mortier, par Marie BAYON de la TOUR, Secrétaire générale de l'Association des Neveux du Père Teilhard de Chardin.
    Le champ théologique: Henri de Lubac, avocat de Teilhard de Chardin, par Mgr Eric de MOULINS-BEAUFORT, évêque auxiliaire de Paris. Mgr Bruno de Solages et Pierre Teilhard de Chardin :
    Une amitié lucide, par Mgr André DUPLEIX, Recteur honoraire de l'Institut catholique de Toulouse. Journet et Maritain, critiques de la pensée de Teilhard de Chardin, par le P. Jean-François PETIT, a.a., Institut catholique de Paris. D'Alpha en Oméga : Ultime Alpha, original Oméga, par le P. Henri MADELIN, s.j., ancien provincial des jésuites de France, professeur à l'Institut d'Études politiques de Paris.

    Conclusions, par le P. Thierry MAGNIN, Recteur de l'Université catholique de Lyon. Avec les contributions d'Hilaire GIRON, Président de l'Association des Amis de Pierre Teilhard de Chardin et du P. Michel FÉDOU, s.j., Centre Sèvres.
    En partenariat avec le Centre Sèvres et les Amis de Teilhard de Chardin, l'Académie Catholique de France. Colloque du 19 mars 2016.

  • Schoenstatt est un mouvement international réunissant des prêtres, des religieux, des laïcs, des familles, des jeunes. Sous l'impulsion du fondateur, le père Joseph Kentenich, cette communauté mariale s'est répandue à travers le monde, et est aujourd'hui présente dans plus de 110 pays. Sur la conduite de Marie, les membres de Schoenstatt s'efforcent de vivre au quotidien la foi en la Divine Providence, et par leur témoignage de vie, de porter la lumière du Christ au monde.

    Ce livre s'adresse à tous ceux s'interrogent : « Mais enfin, Schoenstatt, c'est quoi ? » Après une brève biographie « pour mémoire » de Père Kentenich, cet ouvrage regroupe 7 textes de 5 auteurs différents :

    L'homme, Joseph Kentenich (H. King).
    /> La mission de Marie (P. Wolf).
    Praxis de la foi en la Providence (O. Amberger) Vivre en alliance avec Marie (H. King).
    La sainteté du quotidien (M. Wolff).
    Le sanctuaire (D. Mohr-Braun).
    Dieu en moi (H. King).

  • Un livre inédit destiné à ceux et celles qui souhaitent connaître non pas les autres religions, mais la religion de l'autre Les tensions croissantes entre les trois religions monothéistes, l'antisémitisme et l'islamophobie, ainsi que l'instrumentalisation du religieux à des fins politiques conduisent le Projet Aladin à s'engager dans la formation des jeunes imams, prêtres et rabbins. La parole du prédicateur, de l'enseignant et du médiateur joue en effet un rôle essentiel. Le projet « Connaitre la religion de l'autre » vise donc à produire un recueil de textes approuvé par les plus hautes instances du Judaïsme, du Christianisme et de l'Islam, afin de familiariser les jeunes théologiens, qu'il s'agisse d'imams, de rabbins ou de prêtres, avec la religion de l'Autre et de contrer les mythes et stéréotypes qui prévalent dans certaines sphères de l'éducation religieuse.

    Un ouvrage inédit présentant les thèmes fondateurs des trois religions monothéistes a été réalisé, afin d'introduire, dans la formation des jeunes théologiens, une initiation à la connaissance des autres religions. Les auteurs du livre ont été désignés par un haut comité interreligieux rassemblant plus hautes autorités religieuses de chaque religion.

    Le comité est co-présidé par le Grand-Rabbin René-Samuel Sirat, ancien Grand Rabbin de France et titulaire de la Chaire UNESCO Religions du Livre, traditions spirituelles et cultures spécifiques, le Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris, et le Docteur Ali El-Samman, Président de l'Union internationale pour le dialogue judéo-islamo-chrétien et l'éducation de la paix. Les auteurs présentent leurs religions et discutent de thèmes transversaux et de problèmes de société ainsi que de la réponse apportée par chaque religion.

  • 1. GENÈSE DE LA FRATERNITÉ :
    « Fraternité dans la Bible » P. Tanguy-Marie POULIQUEN; « Dure fraternité ! Les leçons de Genèse »; P. Jean-Michel POIRIER « Fraternité au prix du sang, dans l'évangile selon saint Jean » : Mme Bernadette ESCAFFRE, Vice-Doyen; « L'Eglise-fraternité aux premiers siècles » M. Daniel VIGNE; « Histoire du concept de fraternité et son intégration dans la devise républicaine »; M. Philippe DAZET-BRUN.
    2. THÉOLOGIE DE LA FRATERNITÉ :
    « Fraternité chrétienne et fraternité universelle » P. Bruno GAUTIER, Doyen; « Les aspects sociaux du dogme : Catholicisme d'Henri de Lubac » P. Tanguy-Marie POULIQUEN; « Le Christ, premier-né d'une multitude de frères » Sr Odile Hardy, directrice de l'IERP; « Personnalisme et fraternité » M. Emmanuel LECLERCQ 3. ÉGLISE ET FRATERNITÉ :
    « Vivre en frères : les clés de saint Benoît » Fr. DAVID o.s.b., abbé d'En-Calcat; « Le droit de l'Église au service de la fraternité » P. Nilson LEAL DE SÁ; « Fraternité et communautés ecclésiales » P. Christian DELARBRE; « Fraternité protestante et oecuménisme aujourd'hui » Pasteur Herizo RAJAKOBA, Toulouse.
    4. FRATERNITÉ ET SOCIÉTÉ :
    « L'accueil des migrants : jusqu'où ? » Mme Anne de LADOUCETTE; « Chrétiens et musulmans ensemble au Sénégal : le dialogue par la fraternité »; P. Xavier NGANDOUL « Habitat et Humanisme : une expérience de fraternité »; P. Bernard DEVERT, Lyon, Fondateur d'Habitat et Humanisme; « Aujourd'hui, s'engager comme chrétiens pour une société fraternelle » Mgr Bernard GINOUX, évêque de Montauban.

  • Calendrier

    Collectif

    C'est toute la spiritualité du père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus qui est proposée, comme chaque année, pour accompagner quotidiennement les croyants.
    Selon le principe des éphémérides, une page par jour comprenant :
    - le nom du saint fêté ce jour, - les références des lectures du jour, avec mention de la semaine du psautier, - une phrase tirée de ces lectures, - une phrase du père Marie-Eugène.
    L'éphéméride 2020 est consacré AU PÈRE MARIE-EUGÈNE.
    Le P. Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, carme, est fondateur de l'Institut Notre-Dame de Vie et l'auteur de Je veux voir Dieu. Le 19 décembre 2011, le pape Benoît XVI a reconnu ses vertus héroïques et le 04 mars 2016, le Pape François a autorisé l'Église à procéder à sa béatification qui réalisée le 19 novembre 2016 en Avignon.

  • Le pluralisme éthique lié à la diversité des cultures et des traditions est souvent présenté comme un obstacle irrémédiable à une éthique universelle.
    Pourtant. c'est la constatation de ce pluralisme qui a été l'aiguillon de la recherche de références communes dans une quête de vérité. Parce que l'homme se déploie dans une histoire. la commission théologique internationale (CTI) a récemment proposé un " nouveau regard " sur la loi naturelle, notion universaliste aussi ancienne que controversée. Quel lien entre loi naturelle et christologie ? Quel impact sur les choix de société ? Une telle théorie est-elle encore recevable ? Deux théologiens, Mgr Lillo Melina.
    De l'Institut pontifical Jean-Paul Il, Geneviève Médevielle, de l'Institut Catholique de Paris, et un philosophe, Emmanuel Hirsch, engagés dans les débats éthiques d'aujourd'hui accompagnent le document de la CTI de leurs " regards pluriels " sur la loi naturelle.

  • " Pour moi, la prière c'est un élan du coeur, c'est un simple regard jeté vers le ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie.
    " Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

  • écoles de silence

    Collectif

    Un contemplatif est infiniment riche mais il ne possède rien ; il reçoit tout et il rend tout.
    C'est ce qui fait la gloire de son âme, comme la splendeur d'un miroir immaculé. Des méditations sur l'oraison, sur son application à la vie pratique, sur les exigences de l'Évangile ou bien sur un mystère du christianisme, tel est le contenu de ces très courts chapitres qui servent d'introduction à la vie intérieure. Un chartreux parle ici, sereinement et brièvement, des choses les plus essentielles.
    Les sermons présentés furent prononcés soit à l'occasion des grandes fêtes liturgiques, devant la communauté réunie au chapitre, soit certains dimanches devant les frères convers. On trouvera difficilement à la fois tant d'élévation et de simplicité.
    />

  • Après un premier volume (Juifs et Chrétiens, pourquoi nous rencontrer ?) qui reprenait des articles de la revue de l'Amitié judéo-chrétienne de France, Sens, consacrés aux bases du dialogue interreligieux, à la spécificité du dialogue judéo-chrétien et aux objectifs qu'il peut se proposer, ce second volume est centré sur le dialogue judéo-chrétien en lui-même et sur ses résultats actuels. Dans une première partie, trois articles d'un juif d'un anglican et d'un catholique mettent en évidence la différence de nature entre Israël et l'Eglise, entre le judaïsme et le christianisme.
    En deuxième partie, des chrétiens cherchent à préciser la vision authentique que l'Eglise devrait avoir du Peuple juif, tandis que la troisième partie reprend une série d'articles d'auteurs juifs qui, compte tenu du travail de clarification opéré par les Eglises, s'interrogent sur ce que devrait être une théologie juive du christianisme. Dans la quatrième partie, enfin, des catholiques et des protestants présentent le nouveau regard des Eglises sur les juifs et le judaïsme.

  • Contributions d'intervenants aux conférences de Carême du diocèse de Lyon, en 2014, autour de quelques grandes figures chrétiennes de Lyon.

  • Ces textes, consacrés aux dix commandements, montrent l'amour que Dieu porte à l'homme. Les dix paroles, loin d'imposer une forme de moralisme, ferait passer l'individu dans l'intimité filiale et fraternelle de Dieu et de l'humanité.

  • Une réflexion pluridisciplinaire sur les enjeux de l'écologie, à la lumière de la tradition chrétienne.

empty