Pippa

  • « Si vous rêvez de sentir le parfum des sapins, d'entendre le chant des oiseaux, le bruissement des feuillus et le silence, d'apercevoir un écureuil et de surprendre une biche, de toucher la douceur de la mousse et de goûter l'intense saveur des framboises des bois, alors ouvrez ce recueil. Grâce à la magie du haïku, qui évoque des instants concrets en faisant appel à nos cinq sens, vous entrerez dans la forêt. Vous y serez, non seulement avec votre corps, mais aussi avec votre âme. Vos émotions, votre imagination, seront en éveil, vous y retrouverez une partie de votre personnalité, de votre vécu. De haïku en haïku, la forêt va vous enchanter, vous stimuler, vous consoler. Vous en sortirez ressourcé, revivifié, inspiré, ému... ».

  • Cent poètes ont pris leur plume pour « planter leur clou d'or » dans ce collectif de poèmes dirigé par Janick BELLEAU, sur l'écriture et la lecture. Quatre cent vingt haïkus et dix tankas témoignent en quatre volets de l'écriture (ses hauts, ses bas, ses à-côtés), de la vie courante des poètes et de la lecture (l'apaisement, le plaisir ou l'exaltation) ; le tout culmine par une épiphanie de poèmes courts rendant hommage à des écrivains et des écrivaines phare et permettant, en plus ou moins 17 syllabes, de se (re)plonger dans des livres culte. Émotions, humour et passion sont au rendez-vous. Ce collectif est l'occasion rêvée de saisir l'âme de poètes contemporains. pour le chasse-neige / la route est la page blanche / sur laquelle écrire Micheline Boland, Belgique transports en commun / toi seule un livre à la main / les autres au smartphone Nicolas Sauvage, Japon signes en braille - / une percée de lumière / sous ses doigts Anne-Marie Joubert-Gaillard, France Soir d'hiver / je déclame Nelligan / mon chien écoute Andrée Paradis, Québec Janick Belleau Cent poètes de haïku, confirmés ou non, ont eu le goût de partager nos thèmes de prédilection : l'écriture et la lecture. Les soumissions viennent de 59 poètes d'Europe dont 48 de France et 7 de Belgique ; 38 poètes viennent du Canada dont 34 du Québec ; une poète vient de Tunisie, une autre d'Égypte et un dernier du Japon. Pour sa part, Janick BELLEAU a fait publier quatre ouvrages collectifs dont Regards de femmes - haïkus francophones (direction, 2008). A fait paraître six recueils personnels dont D'âmes et d'ailes/of souls and wings

  • "Magali Bossi, Entre cerisiers et barbelés : Haïkus de prison (Lutz Bassmann) Dominique Chipot, Le photo-renku, le lien à la puissance 3 Ion Codrescu, Le haïga et les artistes occidentaux contemporains Margaux Coquelle-Roëhm, « Moins qu'un tanka moins / Qu'un haïku / Densité mémoire » : les « tridents » de J. Roubaud Laurent Coulomb, Les transpositions du haïku en musique, de l'instantané poétique au discours musical Muriel Détrie, Le haïku, une « forme simple » Synopsis du film Le voyage de Basho de Richard Dindo Cécile Hanania, Dany Laferrière et l'énigme du haïku Corentin Lahouste, Rejouer sa vie en trois vers, rejouer la vie de travers : #mon_oiseau_bleu de Philippe De Jonckheere Alexandre Melay, Traces et fragments du haïku Claudine Le Blanc, Récits de voyage-haïkus : le pas suspendu du voyageur-prosateur Étienne Orsini, Monsieur Jourdain... et ploc ! Du haïku par inadvertance Jeanne Painchaud, Diffuser le haïku dans l'espace public Claude Rodrigue, Le haïku dans la bande dessinée, est-ce possible? Cécile Rousselet, La rencontre numérique du haïku et des formes traditionnelles d'ironie politique en Russie contemporaine Renata Skupin, Les haïkus de Basho dans la musique : 7 Haiku de Wlodzimierz Kotonski "

  • Paroles d'hommes

    Collectif

    "Après avoir publié une anthologie de haïkus de femmes, les éditions Pippa publient ce collectif de haïkus d'hommes. Non pour désunir autrices/auteures et auteurs de haïkus mais pour les rassembler dans un diptyque où transparaît la sensibilité de chaque groupe. Ainsi, Parole(s) d'hommes doit se lire en parallèle de Secrets de femmes, ou inversement, pour que le « vivre ensemble » ne soit pas qu'un élément de rhétorique de communiquant.

    Dans la nacelle du grand huit un père et son fils paroles d'hommes Philippe Macé Dominique CHIPOT, Hélène LECLERC, Philippe MACÉ et Daniel PY, haïjins bien connus dans la communauté du haïku, ont réuni 68 haijins et sélectionné 196 de leurs haïkus, révélant ainsi les différentes facettes de l'écriture de ce petit poème de trois lignes. L'ILLUSTRATRICE Rachel ARBENTZ, étudiante en design graphique à l'école Olivier de Serres, est passionnée d'illustrations depuis l'enfance. Cette deuxième collaboration avec les éditions Pippa lui a donné l'occasion d'illustrer quelques textes poétiques.
    Rachel ARBENTZ, étudiante en design graphique à l'école Olivier de Serres, est passionnée d'illustrations depuis l'enfance. Cette deuxième collaboration avec les éditions Pippa lui a donné l'occasion d'illustrer quelques textes poétiques."

  • Le haïku, depuis l'aube du XX e siècle se répand avec bonheur, et tous ceux qui en écrivent sont des passionnés de cet art multi-séculaire... Ces pratiquants français du haïku ont su ancrer leurs poèmes dans la réalité de leur existence quotidienne,... corroborant en cela la «définition» qu'en proposait le maître exemplaire du haïku au Japon, Bashô : «Le haïkaï est ce qui se passe autour de vous, au moment présent.» Tout d'abord Hélène DUC: «distinguée par une dizaine de prix littéraires internationaux au cours des années écoulées, sa découverte du haïku en 2007 a donné naissance à trois recueils» où elle souhaite mêler tradition et modernité. Michel DUFLO, qui est membre de l'AFH depuis l'origine, participe régulièrement au kukaï de Paris. Il définit ainsi le haïku: «Deux images qui se répondent, entrent en résonance l'une l'autre...». Danièle DUTEIL, ancien professeur de Lettres, insiste sur la modernisation du genre: «Il est indispensable de l'adapter à notre environnement réel, de l'inscrire dans notre modernité aussi, qui offre de nouveaux thèmes. Où serait la sincérité sinon?». Véronique DUTREIX a participé à de nombreuses anthologies, à des ouvrages collectifs, et à des concours. Elle privilégie une approche sensible et émotionnelle dans son l'écriture: «La joie est un sentiment intime à cultiver, qui peut être amenée par la contemplation de la nature, dans la communication avec elle, dans la prière aussi.». Puis Damien GABRIELS, «Touché par le virus» du haïku, il publie de nombreux recueils personnels ou en collaboration avec d'autres auteurs, séduit par «la faculté de pouvoir transcrire des sensations, des moments de vie, des émotions sous une forme concise en allant à l'essentiel». HOARAU quant à lui souhaite conserver certains éléments de la structure classique, comme la référence à la nature, et le rythme court/long/court. C'est au tour de Monique JUNCHAT de s'exprimer sur le sujet: «J'ai essayé au fil du temps de me faire ma vérité, en essayant de coller au mieux aux contraintes du genre, mais avec mon regard sur le monde dans lequel je vis.». Daniel PY découvre le haïku à travers des livres de zen, qui influencent sa définition du haïku: «le haïku fait appel aux sens premiers... - et - comme l'enseigne et le pratique «le zen» - qu'il se défie des «leurres» du langage et de l'intellect.». Philippe QUINTA considère le haïku dans une approche très moderne, s'éloignant des conventions: «J'aime bien bousculer les ordres et flirter avec des angles d'approche nouveaux.». Enfin, Valérie RIVOALLON, journaliste et programmatrice dans le cinéma d'animation, emprunte les mots du célèbre haïjin japonais Issa:«...tout ce qui se passe devant nos yeux ou est ressenti dans notre coeur est matière à haïkaï.

  • Le goût des bergamotes

    Collectif

    Écrire un haïku, c'est brider son ego toujours prompt à clamer la virtuosité de notre esprit, sans l'étouffer complètement. [...] Si les auteurs rassemblés ici ont choisi, la plupart du temps, de partager leurs sensations dans une simplicité d'expression, ils ont par moments préféré des textes plus dépouillés ou plus littéraires. Cette diversité fait toute l'originalité de ce corpus, où chaque poème a pour seule ambition de suggérer la sensation perçue à un moment de la journée. Un non-événement devenu sous la plume de l'auteur un moment plein de saveurs à déguster lentement... comme une bergamote.
    Soleil de Calabre sur la langue le temps d'une bergamote.

  • Chemins croisés

    Collectif

    Composition littéraire articulant prose et haïkus, le haïbun remonte au Japon ancien. Il s'est fait connaître en Occident grâce aux traductions des oeuvres de poètes japonais renommés tels Bashô (1644-1694), dont le Oku no hosomichi , traduit par La Sente étroite du Bout-du-Monde, ou L'Étroit chemin du fond, constitue un modèle du genre. Tout récemment, les éditions Pippa ont publié le Journal des derniers jours de mon père (Chichi no shuen nikki) d'Issa (1763-1828), traduit du japonais classique par Laurent Seegan Mabesoone. Précédé par le haïbun anglophone, le haïbun francophone est encore tout jeune, de sorte que l'anthologie Chemins croisés constitue un remarquable terrain d'observation sur la manière dont chacun.e de ses 52 auteur.es s'approprie cette forme encore assez peu familière.

  • Pass

    Collectif

    5 auteurs lauréats d'un concours de nouvelles de la Sorbonne 5 nouvelles tantôt drôles, tantôt touchantes, limpides ou mystérieuses. Des salles de musées au château à la campagne, du petit hôtel de province aux plages du débarquement, ces récits nous proposent un voyage étonnant entre rêve et réalité, un tourbillon de vies au sommeil agité.

    Une nuit à l'Impérial Hôtel - P. Favennec.
    Muséographie - P. Chasseray-Peraldy.
    Depuis le jour que mon âme fut prise - A. Bensoussan.
    Des crépuscules - T. Gasquet.
    Nouvelle à lire d'une traite - I. Hobéniche.


    Écrire est une chance, et cette chance, le CELSA la donne à ses étudiants. Et voici qu'un matin, au sein de cette école qu'ils sont fiers et heureux d'intégrer, on leur demande non plus de lire ni de réciter une poésie, mais de jouer le jeu d'une aventure inconnue vers une terre inconnue. Celui qui est passé par là n'en reviendra pas. Où qu'il aille ensuite, il se souviendra de ces instants provisoires et définitifs, à l'abri du monde, où il a cherché sa propre clé, celle qui ouvre les soleils de minuit et fait avancer les nuages. « Là-bas. là-bas. les merveilleux nuages ! ».

    Corinne Lellouche Journaliste, écrivain

  • Comme un ours en pages

    Collectif

    Sept nouvelles et deux poèmes autour d'un même thème : l'ours, cet animal sauvage qui sert de modèle, à la plus célèbre des peluches et à de délicieux bonbons. Des histoires d'adultes empreintes de souvenirs d'enfance, preuve s'il en était besoin que le petit garçon ou la petite fille que l'on a été n'est jamais loin. De la boulangerie à la Gestapo en passant par le Caire, les ours ne sont pas toujours là où on les attend et si certains se ressemblent, ils ne sont jamais identiques.



    Martin, John et moi d'Agnès AKÉRIB.
    Un ourson Bourbon d'Agnès AKÉRIB.
    Mon ours de Jacqueline AUPETIT.
    Festin de miel de Christian CAVAILLÉ.
    La peau de l'ours d'Isabelle COUSTEIL.
    /> Balao à la Gestapo de Nadine LAÏK.
    Coeur de nounours de Cécile NICOLON.
    Nounours de Mireille PINSSEAU.
    Les Autres de Marilyn PLÉNARD.

    L'illustratrice, Helena CAILLEAUX.

  • Sources d'affection, d'amour, de rêverie, de connaissances, mais aussi, hélas, souvent objets d'exploitations ou de sévices, les animaux sont un peu les miroirs des sociétés humaines, nous avons voulu leur consacrer la présente anthologie. Si les animaux sont très présents dans les haïkus japonais - on se souvient du célèbre haïku de Bashô sur la grenouille dans son étang - ils le sont relativement peu dans les haïkus ou tankas en langue française. Pour combler ce manque, nous avons voulu leur consacrer la présente anthologie. Comme souvent, le vécu poétique débouche sur l'interrogation métaphysique et morale. En l'occurrence, il importe en effet de savoir comment nous devons traiter ces êtres sensibles et souffrants qui partagent avec nous la planète et dont certains nous ressemblent tant. Cette importante interrogation éthique est le thème des poèmes qui forment la dernière partie de notre anthologie. Georges Chapouthier Georges CHAPOUTHIER, biologiste et philosophe, a écrit de nombreux livres sur les animaux, leur cerveau, leur intelligence et leur comportement. Il est aussi connu pour son activité poétique sous le pseudonyme de Georges Friedenkraft.

  • Danièle Duteil a laissé aux auteures le champ libre ; en effet, dans l'appel à haïkus, aucun thème n'a été imposé, aucune règle n'a été proposée. Bien sûr, il y a des thématiques qui refont surface tels un désir de maternité parfois inassouvi, souvent comblé, le plaisir éprouvé dans les rapports intergénérationnels, le départ ou le décès de personnes aimées ; j'y retrouve aussi une bienveillance pour l'Humain et la Nature. J'avais déjà remarqué dans le corpus de Regards de femmes que les femmes poètes ont besoin de latitude pour s'exprimer sur des sujets chers. Dans Secrets de femmes, il m'apparaît que les auteures se révèlent plus naturellement - moins de métaphores, de sous-entendus, d'euphémismes. Quelques auteures ont enfin levé le voile sur des comportements d'autrui ayant causé de profondes blessures à l'être et à son âme. Merci d'avoir libéré la parole de la voix intérieure. La lecture d'un seul poème tenant sur trois lignes peut parfois déclencher une prise de conscience, un changement d'attitude ; dans ce sens, ce collectif, dirigé avec ouverture par Danièle Duteil, s'avère un outil privilégié de sensibilisation et d'éducation, un moyen d'accroître la visibilité de l'écriture féminine. Janick Belleau, Prix littéraire Canada-Japon (2010)

  • Balade en haïkus au Quartier Latin est un recueil de poésie né d'une alliance entre le haïku et l'un des quartiers les plus emblématiques de la capitale française. Cette « balade » est une immersion au coeur du Quartier Latin, entre rêveries et souvenirs, rues fantasmées et réalité. À la découverte de ce recueil, le lecteur sera plongé dans les méandres du Quartier Latin, ses monuments et son histoire.


    Les auteurs de ce recueil, dont certains haijins connus du grand public, ont en commun l'amour du Quartier Latin, de ses rues, de ses places, de sa population et de son histoire.

  • Dans ce recueil, dix poètes de haïkus parmi les meilleurs, vous proposent leur propre vision de ce genre de poésie importée du Japon : Qu'est-ce qu'un haïku traditionnel classique ? Est-ce revenir à l'origine du haïku japonais, tercet humoristique que les aristocrates pratiquaient pour se délasser ? Est-ce suivre les traces de Bashô en choisissant des mots riches de symboles ? Est-ce poursuivre la voie des fleurs et des oiseaux si chère à Kyoshi Takahama ? Est-ce chercher dans le haïku français ce que les précurseurs ont retenu d'essentiel ? Ou est-ce se contenter d'une forme de 17 syllabes avec césure ou kigo ? Extrait du texte de Sei Haisen Christian COSBERG, Gérard DUMON, Danièle ÉTIENNE-GEORGELIN, Patrick FETU, Isabelle FREIHUBER-YPSILANTIS, Sei HAISEN, Gérard MARÉCHAL, Eléonore NICKOLAY, Minh-Triet PHAM, Christiane RANIERI.

empty