Point Du Jour

  • Comment faire face à « un monde imparfait » ? Telle est la question que se pose le jeune Gilles Caron, appelé en 1960 à faire son service militaire en Algérie, dans une lettre à sa mère. Devenu reporter au sein de l´agence Gamma, il photographiera nombre de situations de con its durant la seconde moitié des années 1960, jusqu´à sa disparition en 1970 au Cambodge, à l´âge de trente ans. Ce livre propose un parcours à travers quelques-uns de ses reportages entre 1967 et 1970, d´Israël au Tchad, en passant par le Vietnam, le Biafra, Mai-68, l´Irlande du Nord et Prague. Un chapitre est consacré à ses photographies de tournage (notamment Baisers volés de François Truffaut et Week end de Jean-Luc Godard). Les historiens de la photographie Guillaume Blanc, Clara Bouveresse et Isabella Senuita éclairent le contexte historique et les conditions de production de ces images, pour certaines devenues célèbres, et leur diffusion par la presse à laquelle elles étaient destinées.

  • Sans doute le plus grand sculpteur du XXe siècle, Brancusi utilisa largement le film et la photographie dans les années 1920-30 ; non seulement pour documenter son oeuvre mais aussi la penser.
    En effet, ces images mettent en effet deux de ses caractères essentiels : les relations changeantes entre la sculpture, l'espace et la lumière - que l'appareil permet d'enregistrer - , et les rapports d'une sculpture à l'autre - réunies dans un même cadrage.
    Outre les sculptures et l'atelier, on découvre l'artiste au travail, ses modèles et amis comme Man Ray, ainsi que d'étonnants autoportraits, études de matière et expérimentations photographiques.
    Les photogrammes et nombre de photographies sont ici publiés pour la première fois. L'impression en quadrichromie permet de rendre les diverses teintes des tirages noir et blanc originaux. Trois essais éclairent la notion transversale de reproduction, l'usage spécifique du cinéma et les liens de Brancusi avec Man Ray. Ils sont accompagnés d'un important appareil critique.
    Cet ensemble propose, à travers le prisme inédit de l'image, une vision nouvelle tout à la fois de l'homme, de l'artiste et de l'oeuvre.

  • En février 1971, Michel Foucault fonde, avec des intellectuels, des militants, d'anciens détenus mais aussi des professionnels de l'institution judiciaire, le Groupe d'information sur les prisons (GIP). Son but est d'abord de rompre le silence qui pèse sur les lieux de détention en faisant connaître leur fonctionnement et en donnant la parole aux détenus. Jusqu'en 1973, le GIP mène clandestinement des « enquêtes-intolérance » qui font l'objet de publications, organise conférences de presse et actions de rue. Quelques mois après l'ouverture de ce nouveau front de lutte, éclatent différents mouvements de protestation à l'intérieur des prisons. A Nancy, le 18 janvier 1972, les détenus occupent pendant plusieurs heures les toits d'où ils font entendre leur colère et leurs revendications. Cette « mutinerie-manifestation », et le procès auquel elle donne lieu en juin, ont un formidable écho dans l'opinion.
    Le livre réunit une série exceptionnelle réalisée tout au long de journée par un photographe local, Gérard Drolc, ainsi que différents documents liés à la révolte de Nancy : deux conférences de presse du GIP, avec Jean-Paul Sartre et Michel Foucault ; une tribune de Gilles Deleuze ; des interrogatoires judiciaires des prisonniers et une pièce créée par le Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine, à partir des minutes du procès. Des photographies de Martine Franck et d'Élie Kagan illustrent ces textes.
    Enfin, une seconde conférence de presse de Michel Foucault, au nom du GIP, est ici publiée pour la première fois. Consacrée à la révolte de la prison de Toul, intervenue quelques semaines avant celle de Nancy, elle manifeste encore l'importance du GIP dans le parcours de l'auteur de Surveiller et punir (1975).

  • Antoine d'Agata, Gabriele Basilico, Yves Bélorgey, Christophe Bourguedieu, Lynne Cohen, Jordi Colomer, John Davies, Patrick Faigenbaum, Charles Fréger, Éric Larrayadieu, Rut Blees Luxemburg, Mathieu Pernot, Gilles Saussier.

    Textes de Jean-Charles Agboton-Jurmeau, Yves Bélorgey, Jean-François Chevrier, Steven Gartside, Magali Jauffret, Eric Lapierre, Marion Plaine, Michel Poivert, Paul-Louis Roubert, Gilles Saussier.

    Le livre rend compte des résidences de treize artistes utilisant la photographie à Cherbourg, entre 2001 et 2008. La plupart se déroulèrent parallèlement à une importante Opération de renouvellement urbain dans la ville. Ainsi, il ne s'agit pas seulement ici de présenter un ensemble inédit et particulièrement riche, mais aussi de s'interroger, à travers textes et entretiens, sur la manière dont ces %u0153uvres singulières entrent en écho avec un contexte commun.

  • Images au centre 04

    Collectif

    Chaque automne, Images au Centre présente des oeuvres photographiques et vidéos dans des monuments de la Région Centre.
    Les commandes passées aux artistes de renom et les ensembles inédits exposés à l'occasion du festival sont des créations conçues en fonction de ces lieux uniques d'exposition. Les monuments sont les écrins exceptionnels où l'art contemporain dialogue avec l'histoire. Chacun des lieux accueille, le temps d'une saison, des expositions originales offertes à tous.*

  • Images au centre 05

    Collectif

    Festival unique en son genre, Images au Centre associe le patrimoine architectural de la région Centre et des oeuvres photographiques, pour la plupart actuelles. Comme chaque année, plusieurs artistes présentent des oeuvres réalisées à l'occasion de la programmation. Ainsi Christophe Bourguedieu a travaillé, essentiellement en Sologne, autour d'une chasse au sanglier, tandis que Yves Trémorin montre, sous le titre Blasons, des détails d'animaux empaillés, sur des fonds de couleur uniforme. Dans le style " bricolé " qu'on lui connaît, Joachim Mogarra compose quelques scènes de La Divine Comédie avec des figurines et des décors minimalistes de récupération. " Dans le champ des étoiles ", exposition issue du Fonds national d'art contemporain, présente des oeuvres, du XIXe siècle à nos jours, qui représentent ou évoquent l'espace infini. Des oeuvres de Brassaï marquent la présence, au sein d'un ensemble tourné vers l'art contemporain, d'un grand " classique " de l'histoire de la photographie.

  • Ce livre est consacré à la nouvelle bibliothèque Alexis-de-Tocqueville de Caen, inaugurée en février 2017. Elle est l'oeuvre de l'agence Office for Metropolitan Architecture (OMA), fondée par le célèbre architecte et théoricien Rem Koolhaas qui avait, jusqu'alors, peu construit en France. Le bâtiment a la forme d'une croix dont le premier étage accueille une immense salle de lecture vitrée sans aucune structure portante intérieure.
    Autant que cette architecture, à la fois simple et radicale, c'est le projet luimême qui est décrit ici. A travers une série d'entretiens, l'ancienne directrice de la bibliothèque, le responsable du programme et l'architecte en charge du projet, au sein d'OMA, racontent leur expérience et leurs échanges. Rem Koolhaas, pour sa part, expose ce qu'est pour lui le rôle d'une bibliothèque aujourd'hui et l'importance du livre à l'ère du numérique ; ce faisant, il évoque les autres projets de bibliothèques auxquels il a travaillé, depuis le concours de la BNF en 1999 jusqu'à la construction de la bibliothèque de Doha en 2016, en passant par celle de Seattle en 2003.
    En écho à cette histoire orale, les images ont été réalisées par des photographes véritablement intéressés par l'architecture mais qui n'en sont pas spécialistes. Elles s'écartent délibérément de la traditionnelle « photographie d'architecture », dont la visée est parfois surtout promotionnelle et qui rend insuffisamment compte des différents aspects des bâtiments. La photographie est ici au contraire un outil mettant en jeu information et imagination pour donner à voir et à ressentir un lieu.
    Gilles Raynaldy révèle avec subtilité les appréhensions possibles du bâtiment depuis l'extérieur, décrit ses espaces intérieurs ouverts sur la ville et observe les attitudes variées des lecteurs. George Dupin prend, lui, le parti d'une mise en scène improvisée pour mettre en mouvement des corps d'enfants dans le vaste espace de la grande salle de lecture. Par ce détour, il nous révèle de manière inattendue la forte théâtralité et les appropriations possibles du lieu. Enfin, Antoine Cardi a suivi le chantier pendant plus de trois ans. Lors des différentes phases de construction, il documente les techniques et matériaux mis en oeuvre ainsi que le travail des techniciens et ouvriers. En nous permettant de voir l'impressionnante structure en forme de pont, il nous révèle une dimension essentielle mais désormais cachée de l'édifice.
    Outre les séries des trois photographes, le livre réunit informations techniques et reproductions de maquettes. Architecte et critique, David Leclerc a conduit les entretiens et rédigé l'essentiel des textes.

    Textes et entretiens : David Leclerc. Photographies : Antoine Cardi, George Dupin, Gilles Raynaldy.

  • En 1888, l'arrivée d'un appareil " prêt à l'emploi ", le Kodak de George Eastman, démocratise la pratique photographique. À cet engouement populaire pour une photographie d'enregistrement, des amateurs européens, qualifiés de " pictorialistes ", vont réagir en revendiquant une photographie artistique, comparable par ses moyens et ses fins aux Beaux-Arts. Jusqu'en 1918, leurs oeuvres et les idées seront largement diffusées d'abord en Europe, puis aux États-Unis.
    En expérimentant de nouveaux procédés de tirage, les pictoralistes font de la photographie un art de l'épreuve unique, comme la gravure ou le dessin, et affirment son caractère intériorisé, non réaliste, à travers le choix des sujets, de la composition, des lumières et de effets " esthétiques ".
    Le pictorialisme a donné quelques chefs-d'oeuvre, souvent proches des tableaux symbolistes. Par sa revendication d'un statut artistique, il a également ouvert un débat promis à de longs développements, tout en jouant un rôle de transition entre l'invention et la modernité de la photographie.


empty