Fanny Taillandier

  • Dans l'aube à peine levée sur un lac proche de Detroit, aux États-Unis, un vieil homme insomniaque laisse successivement le même message à sa fille et à son fils : il va bientôt mourir. Elle est une brillante mathématicienne et travaille à calculer les risques dans une compagnie mondiale d'assurances dont le siège est au World Trade Center, à New York. Lui est un vétéran de l'US Air Force, il dirige la sécurité à l'aéroport de Boston. C'est le matin du 11 septembre 2001 et un jeune architecte égyptien, Mohammed Atta, a pris les commandes d'un Boeing 767.

    Entre roman d'espionnage et méditation historique, entre western et fable dostoïevskienne, Fanny Taillandier propose de parcourir le labyrinthe cathodique d'un millénaire dont le spectacle, d'emblée, s'impose comme une énigme.

  • Le lotissement a été le grand rêve urbanistique de la seconde moitié du vingtième siècle. Le rêve d'une maison à soi, où reconstituer une vie qui rassemblerait tous les traits d'une Arcadie à la fois familiale et communautaire, fondée sur l'égalité et la propriété. Il n'en a rien été. Aujourd'hui, le lotissement pavillonnaire est devenu le repoussoir absolu - le lieu d'une vie où ne règneraient plus qu'ennui, vide et mauvais goût.
    En retraçant, par une multitude virtuose de moyens, l'histoire presque quotidienne d'un lotissement disparu, Fanny Taillandier dresse ainsi le portrait mi-grinçant, mi-ému, d'une utopie et du douloureux réveil qui a suivi son effondrement, en même temps que de ce qui, dans cet effondrement même, continue à nous séduire. Car, à travers cette histoire, c'est encore notre quête naïve d'un habitat idéal qui continue à se lire - quête qui se déplace désormais ailleurs, dans d'autres rêves, appelant d'autres déceptions.

  • Je travaillais, beaucoup. Je compulsais les chiffres de l'avenir devant un ordinateur cubique et ronronnant, dans un bureau de vingt personnes à ma semblance, et par les fenêtres immenses nous aurions pu voir des tours. Je ne regardais pas par la fenêtre. Le soir, lorsque j'arpentais les parvis dans la même direction que tous les autres, je levais parfois la tête et je trouvais cela beau. La beauté des quartiers d'affaires. J'étais très aimable. On m'appréciait, beaucoup. Nous partions parfois en week-end à plusieurs, nous n'étions jamais fatigués. Et nous trouvions qu'il était important que les minorités soient reconnues. Les minorités, c'est à peu près tout, sauf les pauvres, qui sont la majorité. Mais nous ne les connaissions pas. Comme tous, j'étais contre le racisme, contre l'homophobie, pour l'extension du réseau TGV. Je ne voulais de mal à personne.
    Quand j'avais vingt ans, personne n'aurait dit de moi que j'étais un monstre, et pourtant j'étais monstrueux.

    Portrait de Fanny Taillandier par Léa Crespi © Flammarion

  • Farouches Nouv.

  • Par les ecrans du monde Nouv.

  • Le quartier de la Maladrerie, à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis est l'une des réalisations les plus remarquables de l'architecture urbaine de la fin des années 1970. « La Mala », comme ses habitants l'appelent, a été imaginé par Renée Gailhoustet. L'architecte a alors pour ambition de repenser les liens entre la ville et le logement social. Entre 1975 et 1984, c'est un ensemble de 9 hectares et de 1 000 logements, tous différents, qui voient le jour. Des commerces, des équipements socio-culturels et des ateliers d'artistes s'intègrent à l'ensemble. Délaissant le modèle éculé des barres et des tours, l'expérience architecturale qu'elle mène à Aubervilliers ambitionne de changer le statut du logement social dans le tissu urbain. Architecture futuriste mêlant béton, verre, terrasses végétalisées et formes angulaires, elle laisse une grande place à la circulation piétonne et à la végétation. Un genre d'utopie en banlieue rouge. La Maladrerie est, en effet, l'une des rares réalisations de logements sociaux en gradins, où chaque appartement présente un plan unique, la plupart se prolongeant à l'extérieur par une terrasse-jardin en étage ou un jardin en pleine terre en rez-de-chaussée.
    En 2017, l'artiste Julie Balagué s'y installe. Depuis, elle y vit et y travaille.
    Elle est allée à la rencontre des habitants, des passants et des associations du coin. Des conversations naissent : elles sont utopiques ou alarmantes et reflètent les questionnements du devenir de cet ensemble où toutes les catégories sociales, tous les métiers, tous les âges, toutes les origines et toutes les expériences se rencontrent et cohabitent. Son travail mêle des photographies de l'ensemble architectural et des portraits des habitants.
    De courts textes poétiques de la romancière Fanny Taillandier, inspirés des témoignages recueillis par la photographe, accompagnent la série d'images. En fin d'ouvrage est inséré un livret qui rassemble deux textes plus contextuels et théoriques de l'architecte Katherine Fiumani d'une part et de l'historienne de la photographie, Raphaële Bertho.

  • Le Livre en question, saison 2 !

    Une même règle du jeu, simple et vertigineuse, donnée en 2018 à quatre auteur-es par la Maison des écrivains et de la littérature : découvrir la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et choisir un livre au sein de ses collections estimées à 2 millions de documents.

    Dans ce recueil, qui rassemble des textes écrits par Jacques Rebotier, Claudine Galea, Marie Cosnay et Fanny Taillandier, chacune dit sa relation intime aux livres élus et aux livres en général, s'approprie et met en scène le lexique et les pratiques de la bibliothèque pour la relier à son vécu ou à l'actualité la plus brûlante.

empty