Hélène Orizet

  • Le service public de l'éducation nationale sous la Troisième République Nouv.

    Les observateurs de l'éducation nationale déclarent avec la force de l'évidence qu'elle est un service public. Ce qui fait son caractère n'a pourtant jamais été interrogé. Cette étude propose d'y contribuer en explorant ses soubassements historiques. Le voyage a lieu sous la IIIe République, là où le service public de l'éducation nationale est pour la première fois l'objet d'un récit. Celui-ci est tenu par les républicains, qui veulent convaincre de la réalité du service public de l'éducation nationale, tandis que les juristes confirment son existence sans le démontrer. Or le service public de l'éducation nationale se révèle être essentiellement un discours inséparable de l'État éducateur, qui sert à légitimer l'administration de l'Instruction publique, en vue d'imposer la République. Il s'agit alors de révéler, d'abord, le mythe du service public de l'éducation nationale, capable de générer de la confiance en l'État éducateur, ensuite, de caractériser le phénomène administratif qui lui fait appel. Le service public de l'éducation nationale dissimule ainsi la réalité administrative de l'État éducateur. C'est que l'administration de l'Instruction publique est une machine à produire de l'ordre social, en même temps que du pouvoir ; une administration idéale pour gouverner les esprits. Le service public de l'éducation nationale légitime aussi le droit par lequel cette administration est conservée. C'est dire la valeur fiduciaire d'un service public réputé acquis, autant qu'exprimer le rapport étroit entre l'idéologie et le droit.

  • 80 récits fascinants mêlent des figures connues comme Romain Gary, le général Leclerc, Jean Moulin, aux magnifiques inconnus, héros de notre histoire, tous compagnons de la Libération. Forgé par le général de Gaulle durant la Seconde Guerre mondiale au creuset du danger, de l'audace et du courage, l'ordre de la Libération est une discrète fraternité qui distingue 1038 individus, 18 collectivités militaires et 5 communes.
    Ses membres sont aussi peu nombreux que leurs accomplissements furent considérables. Les parcours qui composent ce livre donnent à voir la très grande diversité et l'intensité des itinéraires : femmes et hommes, d'origines, de convictions et d'âges variés, membres de la Résistance intérieure ou de la France libre, civils ou militaires, auteurs de ralliements plein de panache ou d'engagements secrets, soldats au grand jour ou combattants clandestins, tombés avant la victoire ou ayant survécu...

empty