Jean Perdijon

  • La mesure est un outil au service de toutes les sciences d'observation. Elle est tout aussi présente dans la vie quotidienne car il ne saurait exister de vie sociale sans consensus sur une commune mesure. Entre science et technique, histoire et philosophie, l'auteur nous offre un voyage au coeur de la mesure. Il en donne d'abord les principes : son acquisition, sa qualité, son traitement statistique. Mais à quoi correspond le résultat obtenu ? Existe-t-il un monde réel au-delà de la mesure ? Y a-t-il des limites à une connaissance par la mesure, imposées par notre esprit ou par la nature ?
    La mesure séduit peu. Mais elle est de plus en plus envahissante, au point de perdre parfois le sens de la mesure. Chacun doit donc en connaître les principes et les enjeux, pour ne pas accepter tout résultat qu'on voudrait lui faire accroire ou tout conditionnement qui lui serait imposé.

  • Il y a tout juste cent ans, Einstein publiait une série d'articles qui fut à l'origine de "deux sciences nouvelles du XXe siècle" : la théorie de la relativité et la mécanique quantique. Malheureusement, la vulgarisation de ces théories se heurte à de nombreuses difficultés. Construit autour de cinq moments importants de la vie du physicien, l'ouvrage est composé d'exposés - deux sur la relativité, deux sur les quanta, deux sur la cosmologie -, de dialogues s'appuyant sur de nombreuses sources, et de pastiches. Un divertissement pour public averti se mêle ainsi à la vulgarisation pour public curieux.

  • Comment les physiciens, qui comptent pourtant parmi les scientifiques les plus durs, ont-ils pu perdre leur sens critique au point d'admettre les conséquences de la mécanique quantique aussi contraires à toute logique que la complémentarité ou la non-séparabilité ? Revenons en 1905, année où Einstein a énoncé les deux formules - E = mc2 et E = hv -, que tout le monde admet depuis un siècle. La première, issue de la relativité - une théorie réaliste et continue qui a précisé les principes de localité et de causalité -, a conduit à une nouvelle interprétation de la masse et de l'énergie. La seconde, à l'origine de la mécanique quantique - une théorie opératoire qui a introduit la discontinuité et remis en question localité et causalité -, a conduit à la discrétisation de l'énergie et au photon. Deux conceptions opposées, que la théorie des cordes est incapable de concilier. Avant de chercher une superthéorie, ne peut-on expliquer plus simplement les bizarreries quantastiques comme l'un des paradoxes de la relativité ?

  • Au moment où le LHC redémarre à Genève, pour une ultime (et coûteuse) tentative de découvrir enfin le secret de la matière noire, il serait temps de vérifier les fusibles ! Une anomalie ne peut se manifester que dans le cadre d'une certaine théorie. Dans celui de la dynamique newtonienne, Zwicky émit en 1933 l'hypothèse d'une grande quantité de matière invisible dans les amas de galaxies. Au fur et à mesure que la théorie du big bang engrangeait les succès, cette matière mystérieuse est devenue indispensable pour obtenir un Univers aussi plat que les observations par satellites l'indiquent. Au point que 95% de l'Univers nous seraient inconnus ! En présence d'une anomalie, trois attitudes sont possibles : la négation, l'invention ou la réflexion. Pour ce qui concerne la matière noire, rares sont les physiciens négationnistes, presque tous proposent l'existence d'une substance exotique. qui se dérobe malicieusement à leurs détecteurs depuis plus de cinquante ans. Mais la matière noire n'est-elle pas tout simplement une manifestation à l'échelle galactique de l'horizon d'accélération, prévu par la théorie de la relativité ?

  • "L'objet que l'on voit le plus mal, c'est la paire de lunettes que l'on porte devant les yeux" (Heidegger).
    Or, le physicien est amené à chausser successivement trois paires de lunettes quand il regarde l'Univers: l'observation, l'estimation et l'interprétation. Chacune contribue malheureusement à déformer sa représentation du monde, car sa vision est bornée par les horizons, sa mesure approximative et son explication toujours douteuse. Si le physicien en est bien conscient, ces limitations restent sous-entendues entre collègues et rarement formulées explicitement ailleurs.
    L'horizon du physicien est la frontière qui limite la région d'espace-temps contenant les seules informations auxquelles il a accès; si l'horizon terrestre est évident, il en existe d'autres liés à la Relativité. Après étalonnage de l'appareil, l'incertitude de la mesure doit être estimée par un traitement statistique. Quant au principe physique, il demeure une hypothèse générale dont la validité n'est démontrée que par l'accord avec l'expérience ; absolu, il n'en reste pas moins provisoire.
    Cette triple conspiration de la nature et les moyens du physicien pour y faire face constituent le sujet de ce livre. Clair et didactique, il passionnera tous les amateurs de science et de physique en particulier. Il permettra également aux étudiants d'acquérir une vue d'ensemble de leur futur domaine - de l'astrophysique à la mécanique quantique -, tout en développant leur esprit critique.

  • "Main basse sur la physique ! « Les problèmes se multiplient. Plus que jamais la théorie semble avoir besoin de soutiens, de telle sorte que des crédits sont maintenant octroyés aux orthodoxes, et refusés aux rebelles », nous dit Feyerabend. Il s agit ici de l interprétation de la mécanique quantique et du mystère de l intrication, qui la rend incompatible avec la relativité. Pour mieux saisir ce bouleversement conceptuel, deux des créateurs de cette mécanique sont ici mis en scène, l'un reprenant les mots d Einstein. Ce récit est celui de leur rencontre, peu avant la Seconde Guerre mondiale. On y parle de physique et de beaucoup d autres choses. Cette forme accessible permettra d aborder plusieurs questions : qu y a-t-il derrière les notions de réalité, de causalité, de localité ? Se rend-on compte du sacrifice que représente leur abandon ? Le quantique n est-il pas un paradoxe relativiste ?"

  • Histoire chronologique de la physique divisée en six grandes périodes : l'Antiquité, Le Moyen-âge, La Renaissance, Le monde des Lumières, La révolution industrielle, La physique atomique. Pour chacune de ces grandes périodes. L'auteur rappelle le contexte culturel de l'époque (croyances, philosophie, mathématiques, artisanat, vie scientifique) et décrit les grandes expériences (instruments, observations, lois) à l'origine des systèmes (principes, théories).

    Sommaire :
    Du mythe au système (-600-400) : Le contexte culturel : observation du ciel, mythes, Pythagore, Euclide, Ecole d'Alexandrie.... L'expérience (clepsydre, gnomon, balance, mesure du rayon de la Terre, théodolite). Le système (Thalès, atomistes, Aristote, stoïciens, Ptolémée...). L'autorité du dogme (400-1450) : Monde des sphères, Bacon, Oresme, universités. L'expérience (Astrolabe, boussole, horloge). Le système (critique d'Aristote, Impétus). La méthode expérimentale (1450-1650) : Monde héliocentrique, Copernic. Renaissance italienne, imprimerie.... L'expérience (microscope, lunette, pression atmosphérique, baromètre, thermomètre...). Le système (statique, dynamique, Galilée, méthode expérimentale, Bacon, Descartes). Le monde newtonien (1650-1800) : Sociétés savantes, Locke, Leibniz, Hume, calcul infinitésimal, Révolution française, systèmes d'unités, Kant. L'expérience (pompe à vide, télescope, élasticité de l'air, décomposition de la lumière, vitesse de la lumière, machine à vapeur, électroscope...). Le système (Newton, Huygens, Lagrange, onde ou corpuscule. Le triomphe de la physique (1800-1900). Monde industriel, déterminisme, positivisme.... L'expérience (interférences, électricité et magnétisme, galvanomètre, vitesse du son...). Le système (thermodynamique, électromagnétisme, Maxwell, mécanique statistique, chaos). La tentation totalitaire (1900-2000). L'histoire de la bombe. Physique lourde Public :
    Étudiants en Licence de physique ; Candidats au CAPES et à l'agrégation des sciences physiques ; Enseignants, tous publics

  • Il s agit d une abondante correspondance trouvée dans le grenier d une maison familiale à l occasion d un déménagement. L ensemble avec ses notes et quelques photographies, a été organisé chronologiquement autour de la mère. Cette correspondance possède une évidente valeur de témoignage historique et sociologique mais aussi une certaine valeur littéraire qui pourrait faire penser à un roman épistolaire, avec son alternance de sentiments et d événements, très riches en cette période.

  • L'efficacité de la science - comprendre notre environnement pour agir sur le réel en vue le transformer - repose sur l'application de grands principes dont la mise en oeuvre donne des résultats tangibles : la médecine tout comme la conquête de l'espace pourraient servir d'exemples parmi bien d'autres. Après une définition précise de ce que l'on entend par « principe » en physique, ce petit livre expose quels sont ceux qui régissent l'Univers, de l'infiniment petit à l'infiniment grand.
    Le plan correspond à la classification des principes de la physique, ceux qui sont proposés par l'esprit (les principes rationnels) puis ceux qui résultent de l'expérience (les principes expérimentaux).

  • L'horizon est une notion à laquelle nous sommes quotidiennement confrontés : l'horizon terrestre, qui limite notre champ de vision, s'impose à notre perception du monde. Mais il ne s'agit là que d'un aspect de ce concept, de son sens propre habituel. Pris dans son sens figuré, l'horizon devient un « domaine qui s'ouvre à la pensée ». Il représente donc à la fois la démarcation entre le perceptible et l'inconnu, et entre le réalisable et le merveilleux. L'objectif de cet ouvrage est de présenter le concept d'horizon pris au sens propre comme au figuré et d'exposer les différents aspects qu'il peut revêtir. A travers la physique, la philosophie, la métaphysique et la politique, l'auteur tente de répondre à la question suivante : « Mais que se cache-t-il derrière cette ligne fuyante, qui hésite entre visible et inconnu ? »

  • Présenter la mesure, dans son caractère historique, scientifique et technique, c'est partir à la découverte d'un sujet à la fois transversal et original au carrefour de toutes les sciences de l'observation.
    La mesure est un outil indispensable à la compréhension du monde. Elle permet en effet au chercheur de quantifier et de mesurer les phénomènes qui nous entourent afin d'établir une théorie scientifique, mais elle régule également notre vie quotidienne en fixant des normes communes à tous, par exemple dans le cadre de transactions commerciales.
    Elle apparaît ainsi comme un moyen de se mettre d'accord sur la description d'une réalité commune.

  • Le contrôle non destructif par ultrasons présente de nombreux exercices et des travaux pratiques à la fin de chaque chapitre. Après une introduction qui situe le contrôle par ultrasons par rapport à l'assurance-qualité en général et aux autres techniques de contrôle en particulier, on donne les éléments de physique qui permettent de comprendre comment se construit l'information. Puis on montre comment adapter le capteur et présenter l'information en fonction de l'application envisagée, et on insiste enfin sur la façon de rédiger les spécifications et les procédures.

  • Mathématico-physico-cosmologie. La science a-t-elle vraiment supplanté le mythe ? Paul Caro dit que " la démarche prioritaire pour un discours de vulgarisation est de le rendre aimable. Ou inquiétant. L'important étant de l'intégrer dans un récit ". On peut penser aux réussites de Fontenelle ou de Gamow. Après avoir tenté cette démarche pour exposer les difficultés conceptuelles de la mécanique quantique, l'auteur présente cette fois les principes de la cosmologie relativiste, sous une forme encore en grande partie dialoguée. C'est le récit d'un séminaire qui se serait tenu dans un petit village des Hautes-Alpes, à l'occasion du jubilé du Professeur Fausten. Celui-ci énonce les contraintes de l'observation astronomique pour toute théorie de l'Univers et montre comment la Relativité et le Big Bang peuvent apporter une réponse. Mais il ne s'agit pas d'un catalogue d'affirmations aussi péremptoires que cosmiques : les raisonnements sont appuyés sur des calculs simples et les difficultés du modèle ne sont pas dissimulées. Enfin, la discussion est ouverte sur le problème de la création ou de l'éternité. Ce séminaire est l'occasion de décrire l'ambiance particulière à ce genre de réunion et de voir comment la science se dit et se fait : l'évaluation des chercheurs, le rôle du consensus, le jugement par les pairs, les ratés du Nobel... Et bien d'autres choses, qui n'intéressent pas que les physiciens. Longtemps chercheur au Centre d'études Nucléaires de Grenoble et toujours enseignant à l'École de physique de cette ville, Jean Perdijon a publié plusieurs livres techniques (dont un Que sais-je ?), mais il s'est aussi intéressé à des thèmes plus généraux comme La mesure (Flammarion, 1998) et l'interprétation de la mécanique quantique (Relation d'incertitudes, PUG, 1991).

  • Un astronome est retrouvé mort près de son poste d'observation. Accident, suicide ou meurtre ? L'affaire est vite classée par la gendarmerie. Un an plus tard, un journaliste local fait le rapprochement avec la disparition d'un cosmologiste membre de l'Institut : les deux hommes, de même âge, étaient issus de la même Ecole. Le journaliste reprend l'enquête... Centré sur le personnage de l'académicien, ce roman évoque les angoisses et les espoirs d'un cosmologiste, qui constate que plus l'Univers devient compréhensible, plus il paraît absurde.

  • Cet aide-mémoire traite des techniques de contrôle des matériaux applicables aux pièces industrielles en vue de vérifier leur conformité aux spécifications.
    : La première partie expose les principes du contrôle de conformité (spécification de la qualité, constitution d'un échantillon, étalonnage de l'appareil de mesure, critère de rejet...). La seconde partie étudie les principales techniques utilisées en contrôle destructif (essais mécaniques, examens de structure). La dernière partie décrit les principales techniques utilisées pour le contrôle non destructif (ressuage, magnétoscopie, courants de Foucault, radiographie, ultrasons).
    En annexe, un exemple d'application montre comment ces principes et ces techniques permettent de traiter un problème concret. Cet ouvrage sera utile aux ingénieurs et techniciens travaillant sur les matériaux en R & D, bureau d'études, production et qualité.

  • A l'origine de la physique il y a la rencontre entre un phénomène naturel et un esprit en éveil. Mais l'observation resterait stérile si l'esprit humain n'avait l'exigence d'une représentation unifiée et cohérente du monde et des forces qui l'animent. Mythe et théorie scientifique répondent à ce besoin, mais si le mythe se fige, en revanche la théorie évolue. Dans cet ouvrage, sans mathématiques, le lecteur suit le cheminement de la connaissance, depuis l'acquisition des données (le fait, la mesure, la loi et le principe) jusqu'à l'interprétation (l'objet, la grandeur, la valeur, la théorie et la vérification).

empty