Armand Colin

  • Tel un virus, les idées reçues circulent largement et rapidement. Nous pouvons tous être contaminés, parfois sans en être conscients. Elles ont l'apparence de l'évidence, mais elles masquent la réalité.
    En interrogeant les idées reçues les plus répandues, Pascal Boniface remet les réalités du monde contemporain en perspective. Grâce à une vision globale et un sens de la pédagogie, il déconstruit les jugements à l'emporte-pièce, qui ne résistent pas à un examen scrupuleux des rivalités géopolitiques.
    Par un regard critique et expert, cet ouvrage rend accessibles les questions internationales qui agitent le débat public !

    1 autre édition :

  • Les chevaux d'Hitler ; l'incroyable traque du dernier trésor du Troisième Reich Nouv.

    Berlin, 1945. Dans les jardins bombardés de la Chancellerie d'Hitler, les deux chevaux de bronze réalisés par Josef Thorak, l'un des sculpteurs officiels du Reich, ont disparu. On les pense détruits. Aucune trace nulle part.
    Amsterdam, 2013. Mandaté pour retrouver ces sculptures qui, selon un courtier d'art, existeraient encore, Arthur Brand commence une longue enquête à travers l'Italie, l'Allemagne et la Belgique. Au cours de ses recherches, il rencontre dirigeants d'organisations louches, anciens nazis, anciens membres du KGB et de la Stasi, néo-nazis, etc. Tous semblent impliqués dans le trafic d'art nazi.
    Ce livre raconte quel stratagème il a imaginé pour faire interpeller des collectionneurs et marchands plus ou moins véreux et pour retrouver, quasiment intactes, plusieurs sculptures majeures du Reich censées détruites à jamais...

  • Le grand renversement ; pédocriminalité : comment en est-on arrivé là ? Nouv.

    On ne se souvient généralement pas que la pédophilie a été considérée comme une cause défendable voici seulement une cinquantaine d'années. Au nom du processus de libération des moeurs, de grands intellectuels, de grands éditeurs, de grands journaux, à gauche mais aussi à droite, homosexuels comme hétérosexuels, l'ont défendue de façon passionnée. Certes, une telle position faisait débat. Mais certains étaient résolument convaincus que la lutte en faveur de la pédophilie était un combat politique qui valait la peine d'être mené.
    Ce livre se replonge dans les controverses de l'époque et passe à la loupe les arguments des différents protagonistes. L'auteur observe ensuite comment ces controverses s'arrêtent, la défense de la pédophilie devenant peu à peu impossible. Mais c'est en 2020, avec la publication du Consentement de Vanessa Springora, que la question pédophile subit sa dernière métamorphose. Dans le sillage du mouvement #metoo, le livre connaît un retentissement mondial et paraît faire passer la France à une ère nouvelle : celle où l'on sait prendre la parole des victimes au sérieux.
    Cet ouvrage reprend les thèmes explorés dans L'enfant interdit et se veut un condensé de ce texte rendu accessible pour le grand public.

  • De quelle manière l'histoire, les flux commerciaux, les enjeux écologiques, les religions, le terrorisme structurent le monde tel qu'il nous apparaît aujourd'hui­? Communauté internationale, clash des civilisations, monde chaotique, où en sont les relations internationales entre les grandes puissances­ ?
    À contre-pied du parti pris occidental et de la vision anxiogène véhiculée par certains médias, Pascal Boniface et Hubert Védrine remettent de la logique là où il semble n'y avoir que désordre. En réintroduisant de la raison et du recul dans l'analyse d'un monde complexe, ils montrent qu'une des clés de l'avenir est de prendre en compte la diversité des visions du monde selon les pays et les peuples.
    En 100 cartes claires et détaillées, les auteurs jettent un regard inédit et englobant sur la planète (États-Unis, Chine, Inde, Europe, Afrique du Sud...) et sur les enjeux du monde contemporain.

  • Ces petites chroniques racontent chacune, à partir d'un objet, d'un événement, d'un personnage, l'histoire du monde. L'auteur, spécialiste de la "géo-histoire", nous fait découvrir son "cabinet de curiosités" qui nous entraîne dans tous les coins du monde et à toutes les époques. Des origines de l'or au chas d'une aiguille, de l'importation de la syphilis en Europe par Christophe Colomb, des pérégrinations barbaresques aux différences entre brousse, jungle et maquis, c'est tout un pan de l'histoire universelle d'une richesse insoupçonnée que nous découvrons ainsi.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps de Napoléon à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse. Xavier Mauduit pour sa part a choisi la parodie : Lavisse n'était-il pas critiqué déjà à son époque ?

  • Les plus grandes batailles de Rome ; de la naissance à la chute de l'Empire romain Nouv.

    Et si la formation de l'Empire romain résultait autant de ses victoires que de ses défaites ?
    Dans cet ouvrage, Pierre Cosme retrace le récit de dix batailles romaines parmi les plus emblématiques. Ces batailles sont passées à la postérité parce qu'elles ont représenté de véritables tournants dans l'histoire du monde romain. Chaque chapitre permet au lecteur de mieux saisir ce qui a rendu la bataille évoquée décisive. Une telle approche mettra également en évidence certaines originalités de l'histoire militaire romaine.
    Alors que les légions de Rome sont volontiers présentées comme invincibles, le livre aboutira à une vision plus nuancée de la formation de l'Empire romain, qui n'a pas été un phénomène continu et irréversible. Mais il abordera aussi, par le biais militaire, deux questions qui font depuis longtemps l'objet de débats incessants : la place des barbares dans l'armée romaine et la disparition de l'Empire en Occident.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps des Lumières à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse.
    La vulgarisation de l'histoire de France est au centre de ce projet faisant appel à des historiens repérés par le grand public de par leur production dont Jean des Cars est l'un des représentants.

  • L'auteur nous raconte sa "petite histoire" mettant en scène la France du temps des Républiques de 1848 à l'avènement de la Ve (1958) à la manière du petit manuel publié au 19e siècle chez Armand Colin par Ernest Lavisse.
    Comme un conteur, Bruno Fuligni nous plonge au coeur de la naissance de la République en 1848 avec Louis-Napoléon Bonaparte jusqu'à la Ve inaugurée par René Coty auquel succédera Charles de Gaulle dès 1959.

  • De l'école primaire à la Terminale, il nous est arrivé de croiser dans nos cours d'histoire des rois et des reines de France. Cependant, si l'on a bien assimilé qu'Henri IV aimait courir la gueuse, que Clovis avait cassé son vase à Soissons ou que François Ier avait remporté la bataille de Marignan, on n'a en revanche jamais eu d'explication quant aux surnoms dont certains d'entre eux ont été affublés: pourquoi Louis le Gros, pourquoi Berthe aux grands pieds ou autre Pépin le bref?
    Les manuels d'histoire ne nous renseignent guère sur l'attribution de ces surnoms, qu'ils soient péjoratifs ou au contraire nimbés de gloire.
    L'auteur propose donc de revisiter l'histoire de France à travers ce prisme en passant en revue toutes les dynasties royales, des Mérovingiens aux Orléans. A travers ces surnoms, c'est la photographie d'une époque qui nous est offerte. D'où venaient ces surnoms? D'un biographe contemporain? Des sujets de Sa Majesté? Une manière originale et ludique de dresser un tableau sociologique de la France, des premiers rois chrétiens aux derniers souverains.

  • L'influence de l'Occident est-elle toujours dominante ?
    Comment s'affirment les puissances émergentes que sont la Chine, l'Inde ou le Brésil ?
    Quel enjeu représentent les matières premières dans les relations internationales ?
    Ce qui se produit sur la scène internationale a de plus en plus de conséquences sur notre vie quotidienne. Pourtant, ces événements restent difficiles à appréhender. Pris dans le flux incessant de l'information, il n'est pas facile de distinguer l'essentiel de l'accessoire, de prendre le recul nécessaire pour maîtriser les codes d'une planète mondialisée et saisir ses enjeux.
    D'une indéniable clarté pédagogique, Pascal Boniface livre une vision globale d'un monde complexe et en mutation, par un mélange de profondeur historique et de décryptage de l'actualité, afin de nous aider à en comprendre les multiples ressorts.
    Cet atlas propose 100 cartes, accessibles et élégantes, permettant de synthétiser les phénomènes majeurs des relations internationales.

  • Jusqu'où ira Donald Trump ? Si l'unilatéralisme du président états-unien a des conséquences en matière économique, militaire, environnementale et énergétique, particulièrement vis-à-vis de la Chine, il occasionne également des recompositions dans toutes les régions du monde. L'Europe va-t-elle alors être tentée de sortir de sa posture essentiellement réactive ? Quels sont les ressorts du retour des États-Unis en Amérique latine ? Quelles conséquences peut encore avoir la politique étrangère de Washington sur la stabilité du Moyen-Orient ? Outre la centralité de ces répercussions stratégiques, le quatrième mandat de Vladimir Poutine, les reconfigurations à l'oeuvre en Afrique, l'état de la démocratie en Asie et les incohérences de la lutte contre le changement climatique figurent parmi les thèmes abordés dans cette édition de L'Année Stratégique.

  • Tantôt fantasmée, tantôt redoutée, l'Afrique demeure un continent méconnu et, trop souvent encore, caricaturé. Pourtant cet espace, qui accueillera un tiers de la population mondiale dans à peine une génération, a vécu ces dernières années des transformations sociales, économiques, environnementales, d'une ampleur et d'une rapidité spectaculaires.
    Cet atlas a pour ambition de porter un autre regard sur l'Afrique, au plus proche du terrain et de son actualité : celui d'un continent pluriel, dynamique et qui, face à ses défis entreprend, innove et inspire déjà le reste du monde.
    À travers une centaine de cartes et graphiques, fruit d'un travail de collecte et d'agrégation inédit de données, sont ici présentés de façon concrète les enjeux, les paradoxes et les perspectives d'un continent où, pour de nombreux observateurs, se jouera une grande partie du destin de l'humanité.

  • Il y a un siècle, naissait ce qui allait devenir le Parti communiste français. Ce parti fut longtemps l'un des plus populaires du champ politique français. Pendant plus de trois décennies, il fut aussi le premier parti de gauche, avant de connaître un recul continu qui l'a porté vers les rivages de la marginalité.
    Cet ouvrage, qui insère les approches thématiques dans une trame chronologique rigoureuse, cherche à comprendre ce qui fit la force du PCF et ce qui a nourri son déclin. Il s'emploie à décrire la manière dont le communisme du xxe siècle s'est enraciné, à la charnière d'un communisme mondial dominé par le PC soviétique, dans un mouvement social structuré autour du monde ouvrier et urbain et une gauche politique traversée par les souvenirs des révolutions du passé, comme par les événements traumatisants des guerres mondiales et coloniales.
    Avec la fin de la guerre froide, l'ouverture des archives et la multiplication des angles de recherche, il est aujourd'hui possible d'observer le PCF de façon plus sereine et plus sûrement documentée. On prend désormais la mesure de ce que le communisme politique ne fut pas seulement un parti, voire un appareil très centralisé, mais aussi une galaxie associant du politique, du syndical, de l'associatif et du symbolique. C'est cet objet « total » qui est ici présenté, analysé et interrogé.

  • - J'ai adoré.
    - Tu es fou ? C'était mauvais.
    Au cinéma, nous n'avons pas tous les mêmes goûts. Il existe quantité de raisons de s'enthousiasmer pour un film (ou de bâiller devant lui), et ce livre en fait le tour. Il ne tranche pas. Quels que soient mes goûts et ceux de mon voisin, je n'ai pas à me sentir inférieur ni supérieur à lui. Même s'il fait la moue quand je lui dis quel est mon film préféré. D'ailleurs la recette du bon film n'existe pas, sinon les réalisateurs l'appliqueraient depuis longtemps. Tout le monde fait de son mieux, de chaque côté de l'écran. Ce n'est pas facile. On ne sait pas toujours dire à l'avance quelles qualités un film doit posséder pour nous plaire. Et en sortant de la séance, on ne sait pas toujours quoi dire. Qu'est-ce qu'un bon film ? dédramatise la question. Acceptons nos différences.

  • De la brillante ascension de Valéry Giscard d'Estaing aux désillusions du pouvoir, tout concourt à penser que VGE a été son pire ennemi. Premier Président à mettre en place un système de communication qui se retournera contre lui (affaire Boulin, diamants de Bokassa), son réformisme "de droite" a été un échec dont il porte une part de responsabilité. Le premier choc pétrolier à la veille de son accession au pouvoir, une politique hésitante dans un climat social tendu et la rupture avec Jacques Chirac joueront pour beaucoup dans la non-reconduction de son mandat en 1981.

  • le purgatoire est né au moyen âge mais il n'a jamais été aussi populaire qu'au xixe siècle. autour de 1850, il connaît un renouveau spectaculaire dont les effets se font sentir jusqu'au début du xxe. comment expliquer ce phénomène qui fit alors de la dévotion aux âmes du purgatoire l'une des plus répandues de l'europe catholique ? aux sources de cette renaissance, la force du « culte des morts », culte familial du souvenir et de la tombe, la nécessité de répondre aux revendications affectives des fidèles et au discrédit massif de l'enfer, enfin la volonté de l'église de contrecarrer l'expansion du spiritisme en france et en europe.
    pour définir la nature de cette dévotion, outre l'organisation matérielle, financière et institutionnelle du culte, citons trois principaux aspects : le rôle d'intercesseur attribué aux âmes du purgatoire, la sollicitude à l'égard des « âmes délaissées », tristement abandonnées car sans famille ici-bas ou trop pauvre pour payer les messes, et le nombre important d'apparitions d'âmes du purgatoire.
    or au début du xxe siècle, au terme d'une ultime phase de prospérité, le purgatoire s'efface peu à peu des consciences et des représentations. à l'origine de cette révolution des mentalités : la grande guerre, et ses millions de disparus. elle lui porte un coup fatal, personne n'ayant eu le coeur d'imposer aux « morts glorieux » de la patrie d'attendre la gloire céleste dans les flammes du purgatoire.
    guillaume cuchet est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université d'avignon.
    préface de philippe boutry.

    préface de philippe boutry. le renouveau du purgatoire. le temps du « culte des morts ». le compromis expiatoire. le défi spirite. entre héritages et modernité. la doctrine. les formes de la dévotion. les apparitions d'âmes du purgatoire. les pratiques. les assises de la dévotion. le tournant de la grande guerre. les signes avant-coureurs de crise. le choc de la guerre.

  • Tout le monde parle de culture, de formation, d'éducation. C'est devenu une doctrine laïque du salut permettant de résoudre tous les problèmes - de la lutte contre la pauvreté à l'intégration des migrants, du changement climatique à la lutte contre le terrorisme. Mais alors que la culture est devenue un slogan omniprésent dans notre société, les revendications culturelles sérieuses sont paradoxalement ressenties comme des provocations élitistes issues d'un âge révolu.

    Konrad Paul Liessmann, philosophe autrichien dont ce livre est la première oeuvre traduite en français, dénonce la barbarie intellectuelle engendrée par le primat de l'économie et de la technologie, particulièrement dévastateur depuis l'avènement du réseau informatique mondial. Réfléchissant au discours moralisateur du politiquement correct, qui confond instruction et compétences, il pointe un renversement des valeurs - mortel pour l'Europe - conduisant à une véritable haine de la formation classique du citoyen à la liberté.

empty