Enrick B.

  • Quels liens y a-t-il entre la pensée chinoise, illustrée ici par le Yi Jing, et l'école de Palo Alto, née dans les années 50 en Californie ?
    L'approche de l'école de Palo Alto n'est pas seulement une théorie et une pratique du champ de la psychothérapie : c'est une véritable pensée philosophique de la relation que tout être humain entretient avec soi-même, les autres, et le monde.
    Le Yi Jing, le grand livre du Yin et du Yang, ouvre les portes d'une pensée qui n'a eu de cesse d'analyser le mode en termes de processus. Yin-Yang sont ici le nom même donné au fonctionnement des choses. De leur engendrement, de leur intrication et de leur retournement naît toute la dynamique du vivant.
    L'approche de Palo Alto nous parle de stratégies d'adaptation, mettant en avant la primauté des processus par lesquels nous répondons aux défis de notre existence et du changement. Le Yi Jing, livre d'une portée philosophique majeure, nous invite précisément à une réflexion sur notre relation au monde, et nous propose des clés pour nous adapter au changement permanent, seule constante certaine de la vie.
    Mettre en regard deux pensées à priori si éloignées c'est faire une double et étonnante découverte : celle de liens épistémologiques forts, et celle d'une proximité pratique. Et si l'école de Palo Alto, en révolutionnant le regard posé sur l'être humain, n'avait fait que retrouver des stratégies millénaires déjà proposées dans le Yi Jing ?

  • Les prélèvements obligatoires ne cessent d'augmenter au point de faire de la France la championne du monde de la pression fiscale. Les Français la supportent tant bien que mal alors qu'ils sont pourtant réputés prompts à se révolter pour des raisons fiscales. Ce paradoxe s'explique par la mise en oeuvre de techniques destinées à les anesthésier, c'est-à-dire à « les plumer sans trop les faire crier ». L'Anti Manuel de psychologie fiscale expose pour la première fois ces techniques sous forme de dix leçons.

    Exposées de façon didactique, ces dix leçons permettent aux contribuables de prendre conscience de la façon dont ils paient des impôts sans le savoir et de la nécessité de refondre notre fiscalité sur des bases saines. La Leçon conclusive - Pour une fiscalité de sortie de guerre - est un appel en faveur de cette réforme. Il s'agit de repenser l'impôt et de réconcilier les Français avec le consentement à l'impôt, principe fondateur de notre Pacte socia

  • Quel rapport y-a-t-il entre la physique quantique et la thérapie brève stratégique ?
    Ces deux disciplines, apparemment si distantes, laissent entrevoir une même vision du monde.
    Quand on pratique la thérapie brève depuis de longues années, on se rend compte d'une chose essentielle : Il ne sert à rien d'étudier isolément le comportement d'un patient. Celui-ci n'a de sens que dans un environnement incluant d'autres personnes : famille, amis, collègues, etc.
    Ces personnes sont reliées les unes aux autres et s'influencent mutuellement. Le thérapeute, en lien avec le patient, se retrouve ainsi relié à cet environnement humain en interaction et en interdépendance.
    De leur côté, les physiciens ont étudié les plus petites particules de matière en tentant de les isoler. Donc en supprimant toute interaction. Ils rencontrèrent alors ce qu'ils nommèrent : « le problème de la mesure ». Selon le choix du dispositif d'observation utilisé, donc selon le choix de l'observateur, la particule change de comportement : tantôt elle se conduit comme un corpuscule, tantôt comme une onde. Les physiciens durent admettre qu'ils étaient inexorablement reliés aux minuscules particules qu'ils s'efforçaient d'isoler. La relation - leur relation à l'objet observé - s'était invitée dans leurs travaux.
    Ainsi, par des voies bien différentes, la physique quantique et la thérapie stratégique questionnent les fondamentaux de notre mode de pensée occidental. S'il faut renoncer à l'objectivité, voire à la causalité, que pouvons-nous connaître du monde ? Comment penser notre relation à l'environnement, notre relation aux autres ? Ces questions en entraînent une autre, bien plus vaste encore, à savoir : qu'est-ce que l'esprit ?
    Réflexion sur l'art de résoudre les problèmes humains et « d'habiter le monde », ce livre propose une vision du monde fondée sur la relation.

  • Publiquement peu connus, les avocats d'affaires ont pourtant un rôle central dans la société. Lutte anticorruption, rédaction d'une nouvelle constitution, encadrement de l'intelligence artificielle, régulation économique : ils répondent présents à chaque fois.
    Qu'ils soient Prix Nobel de la Paix, premier bâtonnier noir aux États-Unis, conseiller au commerce extérieur, anonyme exerçant en cabinet ou en entreprise, ces avocats d'affaires participent activement à la vie économique, politique et sociale de leur pays. Tous se battent pour la protection des États démocratiques et l'émergence de droits dans des régimes autoritaires, même lorsque leur liberté d'expression est limitée ou que les pouvoirs politiques s'immiscent dans leur pratique quotidienne.
    Ce livre propose de partir à leur rencontre aux quatre coins du monde : en Tunisie, en Russie, à Hong Kong, aux États-Unis, au Brésil et à Singapour. Cette enquête de terrain est mise en perspective par la contribution de plusieurs experts en sociologie, sciences politiques et relations internationales.

  • Destiné à tous les adultes travaillant avec des enfants et des adolescents en difficultés sociales, émotionnelles et comportementales, ce livre nous invite à réfléchir sur la façon dont notre société interagit avec les plus jeunes et nous enjoint à les écouter davantage. Vaincre sans combattre est ainsi un livre politique qui propose une pédagogie de la résistance à l'exclusion et au contrôle. Il rend aux enfants la capacité, grâce aux adultes, de reprendre le contrôle sur leurs propres difficultés.

  • Chacun d'entre nous se caractérise par une manière d'appréhender la réalité qui se traduit, souvent de manière inconsciente, dans la façon dont nous parlons. Celle-ci révèle nos modes de raisonnement et détermine en grande partie notre action. Ce principe est valable tant pour un individu que pour un groupe familial, social, politique...
    La Mise au carré, qui constitue l'objet principal de ce livre, est autant un outil de compréhension du langage et de la pensée que de génération de nouvelles idées. Ses visées se situent à la fois dans l'analyse et la créativité.
    Au-delà de cette intention d'analyse, il offre aussi des possibilités à remettre en question ces implicites et ouvre vers de nouvelles manières de penser et donc d'agir.
    /> La méthode conviendra en particulier aux professionnels dont le développement de la pensée et de l'action sont le coeur de métier :
    Enseignants, formateurs, psychologues, consultants, analystes politiques, chercheurs... Il s'adresse également à toutes personnes désireuses d'améliorer leur capacité à communiquer avec autrui.
    Enfin, la prise de recul que permet cet outil permettra à tout un chacun de déployer de nouvelles idées.

  • Depuis cinq siècles, le destin de la langue française a partie liée avec la loi. Ce fut le cas avec l'ordonnance de Moulins (1490), l'ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) ou les nombreux textes de la Révolution française dirigés spécialement contre les « idiomes ». À cette histoire de l'unification et de l'universalisation linguistiques, a succédé, depuis maintenant un siècle, une autre histoire, celle d'une inquiétude linguistique qui a amené la France à se doter d'un appareil de normes légales exhaustif et jugé par certains comme étant particulièrement intrusif dans la liberté d'expression des individus.

    En tant qu'elle désigne l'idéal d'une langue non discriminante socialement parce que l'orthographe et la grammaire en auraient été « simplifiées », l'inquiétude linguistique française est observable dans le droit dès le début du XXe siècle. En tant qu'elle désigne une langue menacée par l'anglais, cette inquiétude est politiquement ponctuée par le traité de Versailles, la décolonisation et même par les élargissements de l'Union européenne qui sont la justification immédiate de la constitutionnalisation du français en 1992. La question immigrée, la question identitaire de la définition nationale et le relâchement caractéristique de la « baisse du niveau » et de l'écriture numérique ont eux aussi excité la production de nombreux textes en défense de la langue française.

    Cette emprise du droit dans la politique linguistique de l'État est néanmoins paradoxale dans la mesure où ce droit est à la fois le symptôme et le remède d'un mal diagnostiqué par Roland Barthes comme étant d'abord celui d'un défaut d'amour pour la langue française. Comment passer du droit à la langue française prévu par la loi à l'amour de la langue française, telle est la question posée par cet essai.

  • Dans une cabane en forêt, deux hommes se rencontrent et parlent.
    L'un, surnommé le Baron, cherche son chemin de vie. Un chemin rendu plus difficile encore par la découverte de l'autisme de son fils. Cherchant de l'aide du côté des thérapies analytiques, il s'enfonce dans une douloureuse impasse, dont l'autre, un étrange personnage surnommé l'Indien, l'aidera à sortir.
    En lui révélant progressivement une conception différente des problèmes psychologiques et de leur solution, l'Indien, insensiblement, modifiera profondément la vision du monde du Baron, l'orientant vers une vie plus heureuse.
    Récit initiatique, ce livre s'adresse à tous, même si les professionnels de la « santé mentale » pourront s'amuser à reconnaître, à peine grimés, certains éminents représentants de l'approche systémique. Il poursuit un double objectif : raconter une « belle histoire », et au-delà, proposer une nouvelle vision de l'être humain, celle d'un homme relationnel ; et de l'esprit, celle d'un esprit transpersonnel.

  • « Lorsque les mots viennent à manquer » est un récit, narré à la première personne par son auteure et s'inspirant de sa propre expérience. Son parcours est singulier. En février 2009, son père est victime d'un AVC ischémique. Sa vie est sauve, mais l'accident l'a privé de tout mode de communication verbale, que ce soit à l'écrit ou à l'oral. Débute alors pour l'auteure un long chemin : de la douleur de voir son père conscient mais privé de mots à l'espoir de communiquer à nouveau avec lui, autrement.

    ?Comment ? Par une danse : le tango. Elle découvre ce mode d'expression corporelle alors qu'elle termine ses études en Argentine. Là-bas, elle se forme auprès du Dr Federico Trossero, médecin psychiatre argentin, et père de la « Tangothérapie ».

    La lecture de ce livre emmène ainsi le lecteur sur ce parcours unique, au cours duquel douleur et désespoir vont peu à peu se convertir en impuissance et frustration, avant de parvenir - non sans un certain étonnement de sa part - à une force motivationnelle aussi puissante qu'inespérée, un relatif soulagement et beaucoup d'espérance. Et au-delà de cette histoire personnelle, cet ouvrage narre la mise en oeuvre de la « tangothérapie » en Italie et en Argentine, comme un espoir offert à tous ceux à qui les mots viennent à manquer

  • «La raison est la seule chose qui nous rend hommes.»- Descartes.
    «Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas.» - Pascal.

    L'on oppose souvent le rationnel à l'émotionnel, invitant les personnes à s'en remettre à la raison plutôt que d'écouter leurs émotions. Cela s'inscrit d'ailleurs dans la droite ligne des progrès considérables réalisés en matière d'intelligence rationnelle. Au détriment de la gestion des émotions, qui, relayée à un second plan, en est restée à une ère quasiment préhistorique.
    Or, qu'elles soient négatives ou positives, les émotions sont omniprésentes. Elles imprègnent notre mode de fonctionnement sans même que nous en ayons conscience et disposent d'une réelle emprise sur la vie de tout un chacun. Nier leur existence, et leur légitimité peut conduire les individus à s'enfermer dans des systèmes de pensée les empêchant d'accéder au bonheur.
    Convaincu que le bonheur peut « s'apprendre » et « s'enseigner » dès le plus jeune âge grâce à la gestion des émotions, Ferran Salmurri nous livre dans cet ouvrage sa méthode d'éducation émotionnelle afin non seulement d'éviter les souffrances inutiles, mais également de les combattre avec des armes plus adaptées...
    En commençant par chercher le bonheur par l'intérieur.

empty