OLMS

  • In Leggere Il Capitale Althusser scrive che « la filosofia di Spinoza introduce una rivoluzione teorica senza precedenti nella storia della filosofia e, probabilmente, la più grande rivoluzione filosofica di ogni tempo, al punto che possiamo considerare Spinoza, dal punto di vista filosofico, l'unico antenato diretto di Marx ». Tuttavia, aggiunge, questa rivoluzione « è stata seppellita sotto strati di notte », tanto che Marx stesso non riuscì a comprendere, se non in modo superficiale, il pensiero di Spinoza. Lo scopo di questo libro è ricostruire la trama determinata di questi « strati di notte », offrendo la complessa genealogia di quel pregiudizio che nella filosofia e nella cultura tedesca ha preso il nome di « Spinoza » . Le quattro sezioni, dedicate rispettivamente a Leibniz e Spinoza, alla Spinoza-Renaissance, all'idealismo e Spinoza, infine al marxismo e Spinoza, indagano i nodi principali di questa storia.

  • La volonté de construire une philosophie critique de l'histoire est au coeur de la philosophie de Walter Benjamin. De sa dissertation doctorale aux thèses Sur le concept d'histoire, Benjamin s'est attelé à la tâche de comprendre et de construire les modes de réalisation d'une histoire critique en rupture avec une tradition dédiée à la modernité. Cet ouvrage vise à reconstruire les différentes étapes épistémologiques de cette construction majeure et innovante face au modernisme toujours prévalant actuellement dans ce domaine. Il en ressort que la critique de la critique est le geste philosophique fondamental qui analyse et structure l'activité critique en dissociant les différentes opérations à l'oeuvre dans cette dernière. Ce geste philosophique premier ne concerne ni la dénonciation ni la rectification partielle d'une situation d'oppression mais constitue réellement son émancipation. Il vise la transformation du sujet lui-même dans et par son rôle d'intervenant dans l'histoire.

  • The question of Kant's relationship with the Enlightenment is an old one but remains a focus of philosophical reflection. It remains the case that this relationship can be understood in very different ways and these different conceptions give rise to a variety of research perspectives - from the angle of the history of philosophy and of ideas to that of the interpretation of Kant's own thought. The contributions to the International Kant Conference in Sulmona (24th-18th March 2010) collected in this volume, demonstrate the many different approaches to interpreting the theme of « Kant and the Enlightenment » and its abiding relevance in scholarship.

  • Bento Prado Jr poursuit ici la réflexion engagée dans son ouvrage, devenu classique, sur Bergson (Olms, 2002) ainsi que dans l'étude qu'il a consacrée à Rousseau durant son exil en France. Il s'agit à nouveau de découvrir un point de vue privilégié sur la philosophie contemporaine permettant de dépasser les états des lieux trop rapides afin d'en mettre au jour le véritable point aveugle. Dans ce livre, le lecteur trouvera cinq conférences et un entretien (à quoi s'ajoute un petit texte sur Bergson) dans lesquels la figure centrale est la philosophie de Wittgenstein, abordée dans une perspective qui prend ses distances vis-à-vis de la lecture dominante, d'obédience analytique. Bien qu'il s'agisse d'essais autonomes, tous ces textes s'entrecroisent, traversés par une même question : celle de la place du sujet.

  • En 1690, avec son Essai sur l'entendement humain John Locke impose un nouveau style d'investigation philosophique : soumettre l'entendement à une analyse descriptive, épurée de toute métaphysique.
    Dès 1703 Leibniz entreprend de discuter les thèses de Locke, en y dégageant les non-dits par une articulation entre métaphysique et philosophie pratique. Les dix contributions réunies ici ont ainsi pour objet d'éclairer ce moment important de l'histoire de la philosophie en redonnant à chacun des deux philosophes une parole vivante dans la dissonance entre leurs deux voix.

  • Pourquoi la peur est-elle une des passions fondamentale de l'esprit humain ? Et pourquoi l'Etat moderne naît-il pour gouverner la peur et produire la sécurité ? Le rapport peur-sécurité est-il l'axe qui va gouverner même l'Europe ou est-il encore possible d'imaginer une nouvelle voie politique qui mette en place une Europe de liberté et de démocratie ? Telles sont les questions qui animent cet ouvrage, qui se propose de dialoguer avec la société civile, et réfléchit à l'origine et l'avenir de l'opinion publique européenne.

  • Cet ouvrage renoue avec les conceptions philosophiques qui mettent en lien l'activité humaine et les circonstances dans lesquelles cette activité de déploie. La notion de l'agir est définie d'après la phénoménologie de M. Heidegger, M. Merleau-Ponty, H. Dreyfus. L'auteur se focalise notamment sur l'écart entre les notions de poièsis et praxis et leur réception par H.-G. Gadamer, P. Ricoeur ou H. Arendt. L'ouvrage propose alors une idée de la liberté en tension avec celle de causalité et de nécessité logique.

  • « Il n'y a que certaines personnes de mauvaise-foi qui croyent que j´ai promu le hégélianisme à l'intérieur du débat freudien » (Jacques Lacan). Ce livre soutient donc que, parfois, la mauvaise-foi est nécessaire pour dévoiler ce qu'une expérience intelectuelle produit sans pouvoir se rendre compte. Car lire un texte, interroger une pratique est un acte qui demande certains mouvements capables de déplacer ces textes et pratiques de leurs scènes d'origines en leurs amenant vers une «autre scène» où il est possible de dévoiler des nouvelles questions. Dans le cas de Jacques Lacan, nombreux ont été ceux qui ont vu, dans son oeuvre de maturité, les marques d'un anti-hégélianisme militant. Une lecture faite au nom de la tentative de rupture entre la pensée française contemporaine et des thématiques concernant les concepts de sujet et désir associées au nom de Hegel. Néanmoins, nous pouvons nous demander si ce «hégélianisme français» n´était pas une vraie construction fantasmatique. La «mauvaise-foi» de cette question peut nous permettre de comprendre l'expérience intelectuelle lacanienne comme le déploiement de la tradition dialectique hégélienne dans son point d'auto-critique.

  • Le présent volume réunit les contributions à un colloque international qui s'est tenu à Mayence, Luxembourg et Dijon sur Descartes et l'Allemagne. La relation de Descartes avec l'Allemagne constitue une partie de la vie et de la pensée du jeune philosophe ; elle n'est pas seulement un fait historique, mais également un moment important dans son histoire personnelle.
    La première partie des contributions porte sur les antécédents et la première réception de la philosophie cartésienne en Allemagne. La seconde partie traite de la réception de la philosophie cartésienne dans la philosophie classique allemande jusqu'à Reinhold et Hegel et de son contexte. La troisième partie enquête sur la réception de Descartes et du cartésianisme dans la philosophie allemande des 19e et 20e siècles.

    Der vorliegende Band enthält die Beiträge einer in Mainz, Luxemburg und Dijon veranstalteten internationalen Tagung über Descartes und Deutschland. Descartes' Beziehung zu Deutschland bildet einen Teil des Lebens und des Denkens des jungen Philosophen; sie ist nicht nur eine historische Tatsache, sondern ebenfalls ein wichtiger Teil seiner persönlichen Geschichte.
    Der erste Teil der Beiträge handelt von Descartes' Vorgängern und der ersten Rezeption seiner Philosophie in Deutschland. Der zweite Teil befasst sich mit der Rezeption der cartesischen Philosophie in der klassischen deutschen Philosophie bis hin zu Reinhold und Hegel und ihrem Umfeld. Der dritte Teil schließlich untersucht die Rezeption des cartesischen Denkens in der deutschen Philosophie des 19. und 20. Jahrhunderts.

  • Au croisement des recherches en éthique et des théories de la gouvernante se trouve le défi de la production des normes sociales. Qu'il s'agisse d'éthique de la recherche, de déontologie professionnelle, de dispositifs de médiation juridique, d'éthique des relations de travail. de gouvernante des systèmes de santé ou de régulation environnementale, tous les terrains étudiés par les différents auteurs de cet ouvrage les amènent à mettre en avant la nécessité de doter les normes sociales de mécanismes d'apprentissage collectif des comportements susceptibles de garantir le vivre ensemble. Pour innover dans les modes de production des normes sociales, il faudrait donc parvenir à combiner, comme le propose cet ouvrage, deux fronts de recherches : d'un côté, les avancées réalisées par les théories de la gouvernante dans l'identification des processus d'action conjointe favorisant la recherche de solutions communes et, d'un autre côté. les préoccupations téléologiques de l'éthique reliant les conditions du devenir collectif à des épreuves de transformation des affects et des identités dans des processus de coopération sociale.

  • Dans la philosophie du XXe siècle, particulièrement de tradition phénoménologique, la question de l'expression occupe une place centrale. L'enjeu consiste à savoir si le sens de la perception est structuré différemment de celui du langage et, si tel est le cas, à comprendre, d'une part, comment se produit le passage de l'un à l'autre et, d'autre part, comment décrire le mouvement de l'expression à proprement parler. Le parcours tracé dans ce livre commence chez Husserl et Gurwitsch, qui procèdent à une dissociation progressive du sens perceptif et du sens langagier. Cette dissociation entraîne Merleau-Ponty dans les perplexités du « paradoxe de l'expression » : si le sens exprimé est déjà tout entier contenu dans la perception, à quoi bon l'exprimer; au contraire, si c'est l'expression qui forme le sens de la perception après coup, comment être certain de ce qu'on a perçu? Or il se trouve qu'une telle brèche, ou rupture, a son pendant dans la structure de la subjectivité. L'objectif de ce livre est dès lors aussi de réviser notre conception de la subjectivité et de comprendre que le sujet n'aurait littéralement rien à vivre s'il n'était pas déchiré de l'intérieur.

  • Après leur rupture, en 1801-1802, ce sont, pour Fichte et Schelling, des années de recherche et d'approfondissement qui s'amorcent. Au coeur de la période dite de la « philosophie de l'identité », entre le Bruno (1802), d'une part, et les Recherches sur l'essence de la liberté humaine (1809), de l'autre, Philosophie et religion de Schelling (1804) constitue un moment où les concepts-clé de la philosophie de l'identité sont repris et interrogés, et où la question du mal et la théorie de la chute prennent un relief imprévu. De son côté, Fichte poursuit et résume ses recherches des années 1801-1804 dans une série de conférences prononcées en 1805 : Les principes de la doctrine de Dieu, de la morale et du droit. Il y pose les éléments que l'exposé de la doctrine de la science d'Erlangen reprendra et qui sont le socle de tous ses travaux postérieurs. On propose ici la première traduction française de ces deux grands textes.

  • À un moment historique comme l'est celui que nous vivons, enchevêtré dans une dialectique entre choc et alliance de civilisations, ce livre offre une réflexion sur la possibilité même du dialogue interculturel entre le monde arabe et le monde occidental. Les textes qui y sont proposés mettent en évidence non seulement le vaste héritage commun, mais aussi la réflexion qui en découle et qui permet d'approfondir cette compréhension. La philosophie et l'éthique éclairent toujours la scène complexe des relations humaines au centre de laquelle apparaît de nouveau le concept de rationalité et les manières de l'exercer. Ceci n 'est possible qu'à partir de la recherche d'une modernité juste et alternative, capable de civiliser ce qu'on appelle le choc de civilisations.
    />
    Ont collaboré à ce volume : I. Álvarez, T. Ausin, T. Ben Guiza, J. de Garay, M. A. Halouani, M. Hamdi, L. Rensoli Laliga, L. Mathlouthi, A. Menéndez Viso, R. Paradella, C. Roldán, V. Serrano Marín, F. Triki, J. A. Valor Yébenes, A. L. Zarraï. Fathi Triki, Vicente Serrano Marín, Ricardo Parellada et Txetxu Ausin (éds.).

  • Cet ouvrage rassemble les contributions de chercheurs roumains et français (ainsi que d'autres nationalités)dans le domaine de la phénoménologie allemande et française. Il s'agit à la fois de présenter les recherches actuelles de philosophes déjà confirmés et d'offrir l'occasion à de jeunes chercheurs de présenter leurs premiers travaux.
    L'éventail des sujets abordés par les différents articles va des études historiques portant sur Husserl, Scheler, Heidegger et certains phénoménologues français (notamment Merleau-Ponty et Levinas) à des recherches thématiques sur les « concepts fondamentaux » de la phénoménologie.
    La diversité des travaux ici présentés témoigne de l'échange toujours vivant au sein des études phénoménologiques qui produisent sans cesse en Europe de l'Est - et en tout premier lieu en Roumanie - des recherches originales et prometteuses.

    Sous la direction de Ion Copoeru et Alexander Schnell.

  • The main purpose of this book is not the interpretation of Hegelian thought, but to consider the presence of his philosophy in current philosophical debates. The different chapters are an invitation to read Hegel from a contemporary point of view. The depth and originality of this philosopher fascinates each generation, and we all find in his philosophy a perpetual challenge to our own thought. Hegel still exercises great influence in metaphysics, political philosophy, aesthetics and ethics. To read Hegel is to bring back to life the classical topics of the history of thought.

  • This volume gathers an international team of renowned scholars in the fields of ancient greek philosophy, in order to explore the continuous but changing dialogue between Platonism and Aristotelianism from the early imperial age to the end of Antiquity. While most chapters concern Platonists (Philo, Plutarch, Plotinus, Syrianus, Proclus, Damascius, Philoponus), and their uses or criticism of Aristotle's doctrines, several chapters are also devoted to Peripatetic authors (Boethius and mostly Alexander of Aphrodisias) and their attitudes towards Plato's positions. Each of the eleven chapters draws the attention to specific polemical contexts and philosophical problems which made Platonists and Aristotelians unite against common adversaries like the Stoics, or split up, not only in the fields of metaphysics and cosmology, but also in epistemology, psychology and ethics.

    Thomas Bénatouïl, Emmanuele Maffi and Franco Trabattoni (eds.).

  • Cette édition bilingue des écrits inédits et oubliés d'Antoine Reicha (1770-1836) - contemporain et ami de Beethoven - constitue un complément utile aux oeuvres connues. Dans ses premières études théoriques, écrites autour de 1800, le compositeur tchèque discute notamment des questions relevant de l'esthétique musicale. Ces textes permettent ainsi d'explorer et d'apprécier à sa juste valeur une pensée qui est non seulement d'une grande importance pour la Romantique mais également pour le transfert de la pensée musicale et philosophique allemande vers la France.

  • Ce volume est consacré à la philosophie du langage ordinaire d'Oxford et sa figure centrale, John L. Austin. Il vise à souligner l'importance de ce courant philosophique par un examen et une réévaluation de ses thèses. Il veut mettre en évidence la fécondité et l'originalité d'un courant trop vite négligé en faveur de modes d'analyse logiques, normatifs, voire mentalistes. Les contributeurs ici rassemblés ont pour ambition de voir et de présenter, dans la philosophie du langage ordinaire, dans sa méthode d'examen des usages du langage de tous les jours, dans l'attention différenciée à ce que nous dirions dans telle circonstance, une alternative non continentale à la philosophie analytique « standard » ; et de faire ainsi connaître à sa juste valeur un courant, minoritaire, mais radical et fécond, de la pensée contemporaine.

  • Shin Abiko, Hisashi Fujita et Naoki Sugiyama (éds.).

    Disséminées en 1907 par le philosophe français Henri Bergson, germées en 1927 avec l'obtention du Prix Nobel, les graines de l'Évolution créatrice ont désormais poussé aux quatre coins du monde. L'ouvrage ne cesse de porter ses fruits dans les domaines philosophiques, scientifique, historique, voire politique. En octobre 2007, à l'occasion du centenaire de sa parution et dans le cadre des célébrations nationales de « l'année Bergson » en France, un colloque a associé des chercheurs mondialement reconnus au Japon. Le présent volume rassemble les exposés de ce colloque « Disséminations de L'Evolution créatrice. Histoire(s) de la réception ».

  • Dall'ontologia all'etica, dalla teoria della conoscenza a quella giuridica e politica, il concetto di « comune » attraversa l'intero pensiero di Spinoza : « comune » è l'aggettivo che qualifica le proprietà costitutive dei corpi, le nozioni della conoscenza razionale, i diritti dei cittadini, la natura stessa del bene. Attraverso uno sguardo multidisciplinare (a un tempo filosofico, giuridico e politico) il volume propone una serie di riflessioni di autori di diversa provenienza e formazione, particolarmente attente, da un lato, alla ricostruzione del contesto storico-concettuale di tale concetto, dall'altro a evidenziare il carattere di eccezione del pensatore olandese nell'ambito della modernità filosofica e politica.

    Daniela Bostrenghi, Venanzio Raspa Cristina Santinelli, Stafani Visetin (a cura di).

  • The constraint is the possibility- this was the idea behind a conference that took place in Gent (Belgium) in 2010, under the title «Yes we Kant! Critical reflections on objectivity,» and where many of the papers included in this volume were first presented. The questions addressed there all regarded the nature and meaning of objectivity, and how and whether Immanuel Kant's theory of constitution can still prove relevant to such philosophical concerns. This involves, of course, careful exegesis of Kant's works, but as the Prussian sage himself recognized : it is the spirit, and not the letter of a philosopher's oeuvre that one should seek to grasp. This volume, then, seeks to explore to what extent the idea that the constraint is the possibility captures the spirit of transcendental philosophy. In the Critique of Pure Reason, this idea finds expression in the metaphor of the dove, who regrets that air resistance keeps him from flying ever higher, but forgets that it is this same resistance that keeps him aloft. In much the same way, the limitations and constraints on knowledge may be the very conditions of possibility for objectivity, and not the reasons for its impossibility.

  • Depuis 1972, des doutes s'élèvent sur la possibilité de poursuivre une croissance illimitée dans un monde fini. Ils sont source d'incertitudes sur le futur. Mais ils sont aussi source d'éclairages rétrospectifs, révélateurs des modalités d'existence propres à l'être humain et de ses relations singulières avec une nature dont le caractère exceptionnel au sein du cosmos souligne la fragilité. Issus de l'évolution conjointe des espèces vivantes et du milieu terrestre, les hommes disposent aujourd'hui de la puissance d'agir sur les équilibres d'une biosphère dont tout vivant demeure solidaire. Avant d'envisager les réponses aux défis liés à cette puissance, il convient d'en rechercher les racines dans ce qui est essentiel à l'existence humaine pour autant qu'elle diffère de celle des autres vivants. Comprendre que cette situation est en rapport avec ce qui est essentiel à l'être humain est un préalable indispensable à l'évaluation des mesures que l'humanité, devenue sujet unifié de son histoire, doit prendre pour relever les défis auxquels elle se trouve confrontée après les deux millions d'années de son histoire.

empty