• Quel climat pour vous, vos enfant, vos petits enfants ? Nouv.

    Les jeunes ont parfois une vision assez noire du climat. Grâce aux sciences, ils peuvent se projeter, ne pas se laisser submerger par ce pessimisme. Valérie Masson Delmotte veut semer des graines de citoyenneté dans leurs esprits, leur faire confiance, mais ne pas leur cacher les menaces qui pèsent sur l'avenir de notre planète. Il faut mettre des mots sur les phénomènes observés parce qu'ils devront vivre avec le réchauffement climatique. C'est en leur donnant ces clefs de compréhension qu'ils pourront se protéger des risques. Il n'y pas qu'un futur possible. Il n'est pas écrit. À eux de se demander comment ils ont envie de le changer.

  • Jusque-là, on pouvait invoquer la Nature (et la Science) : elle était l'arbitre ultime de nos querelles humaines. La Nature constituait l'arrière-plan de nos actions. Elle obéissait à des lois, mais ne se mêlait pas de nos histoires.
    Or, à cause des effets imprévus de l'histoire humaine, ce que nous regroupions sous le nom de Nature quitte l'arrière-plan et monte sur scène. L'air, les océans, les glaciers, le climat, les sols, tout ce que nous avons rendu instable, interagit avec nous. Nous sommes entrés dans la géohistoire. C'est l'époque de l'Anthropocène. Avec le risque d'une guerre de tous contre tous.
    L'ancienne Nature disparaît et laisse place à un être dont il est difficile de prévoir les manifestations. Cet être, loin d'être stable et rassurant, semble constitué d'un ensemble de boucles de rétroactions en perpétuel bouleversement. Gaïa est le nom qui lui convient le mieux.
    En explorant les mille figures de Gaïa, on peut déplier rétrospectivement tout ce que la notion de Nature avait confondu : une éthique, une politique, une étrange conception des sciences et, surtout, une économie - et même une théologie. Finalement, la Nature était très peu terrestre. Gaïa, c'est le nom du retour sur Terre de tout ce que nous avions un peu rapidement envoyé off shore.
    Alors que les Modernes regardaient en l'air, les Terriens regardent en bas. Les Modernes formaient un peuple sans territoire, les Terriens recherchent sur quel sol poser leurs pieds. Ils reviennent sur une Terre dont ils acceptent, enfin, d'explorer les limites ; ils se définissent politiquement comme ceux qui se préparent à regarder Gaïa de face.

  • Depuis que le météorologue et prix Nobel de Chimie Paul Crutzen a proposé le terme en l'an 2000, le concept d'« anthropocène » est devenu incontournable dans les débats scientifiques, médiatiques et citoyens sur le réchauffement climatique et la « crise environnementale ». Le postulat en est simple, et son effet édifiant : la Terre est entrée dans une nouvelle époque géologique, l'anthropocène succédant à l'holocène, où l'Homme est une force tellurique, ses activités ayant un impact global significatif sur l'écosystème terrestre.
    Dans cet essai, Andreas Malm revient d'abord sur la fortune de ce concept et s'interroge sur sa validité. En associant les dérèglements climatiques actuels aux activités de l'humanité dans son ensemble, à l'espèce humaine, ou à une « nature humaine » irrémédiablement portée vers le progrès, les tenants de l'anthropocène proposent une vision déformée de la situation. En premier lieu, ils restent aveugles aux écarts immenses qui subsistent dans la consommation énergétique des humains (entre par exemple un Australien moyen et un habitant de l'Afrique subsaharienne). Ensuite, ils fabriquent un récit linéaire, et faux, de l'histoire énergétique, qui présente l'économie fossile - responsable des émissions de gaz à effet de serre - comme l'aboutissement preneurs d'accroître leur contrôle sur la production et sur les travailleurs. L'histoire se poursuit en Inde où l'agenda de l'impérialisme anglais se trouve intimement lié à la nécessité d'extraire du charbon, puis du pétrole, à grande échelle. Si la Terre entre alors dans une nouvelle ère géologique, nous dit Malm, c'est celle du Capital. Le 3e chapitre fait un pas de côté en évoquant les représentations littéraires de l'économie fossile, écrites bien avant l'avènement de la science climatologique, et dont les images cataclysmiques « nous aident à établir une compréhension critique de notre présent ». Le dernier chapitre est une réflexion sur les moyens et les perspectives qui s'imposent devant l'urgence climatique. Plutôt que de rêver une humanité unie face à sa propre nature, Malm invite à penser le rassemblement politique de celles et ceux qui sont et seront les premières victimes de la catastrophe à venir. Entérinant l'impuissance des États, soucieux de préserver les conditions de l'accumulation capitaliste qui nous mènent au désastre, il rappelle que seuls des mouvements populaires de grande envergure - déjà en germe dans les zones les plus menacées - seront à même de changer la donne.
    Un livre passionnant et nécessaire qui fournit aux révolutionnaires la maxime définitive de notre siècle :
    Il n'y aura pas de révolution climatique sans révolution sociale, et vice versa.

  • Alors qu'un consensus scientifique s'accorde sur l'impact de l'activité humaine sur l'augmentation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, et partant sur le dérèglement climatique en cours, la science du climat demeure difficile d'accès, pour ne pas dire inaccessible, au non initié. Parmi les problèmes les plus complexes auxquels l'humanité a été confrontée, le changement climatique compte également parmi les plus lourds de conséquences. Se dessine ainsi une urgence : réduire l'écart de connaissances entre la communauté scientifique et le grand public. La connaissance autorise l'espoir et motive l'initiative, et toutes les initiatives sont ici les bienvenues.

    Kerry Emanuel réussit la prouesse de nous expliquer simplement, sans verser dans le simplisme, ce qu'est le changement climatique, comment il se produit, ses causes anthropiques désormais avérées, les solutions qui s'offrent à nous tout en nous aidant à apprécier le contexte international dans lequel il se produit. Un livre très complet donc, qui fait autorité, mais qui pourtant, de par son faible nombre de pages et la limpidité de son propos, est d'une accessibilité bluffante.

  • Ce livre fait la synthèse d'un certain nombre de travaux scientifiques internationaux récents et montre que la situation climatique n'est pas celle que l'on veut à tout prix nous faire admettre.
    Il explique en particulier pourquoi l'accroissement de 0,03 à 0,04 % du CO2 dans l'air depuis le début de l'ère industrielle profite grandement à la biomasse et aux récoltes. A ce titre, le bénéfice pour l'humanité est d'ores et déjà énorme. Par ailleurs, François Gervais utilise les mesures récentes pour montrer que la fraction de réchauffement liée aux activités humaines est noyée dans la variabilité naturelle. Un phénomène attesté par l'évolution imperceptible de sa signature dans l'infrarouge.
    Le catastrophisme des modèles virtuels est infondé et l'urgence climatique est un leurre. Elle est pourtant source de politiques dispendieuses dont certaines n'ont de durable que l'affichage, assorties de menaces sur les fleurons industriels nationaux et d'une bulle financière qui enfle dangereusement.

  • Dans cet essai, le sociologue et philosophe américain George Marshall propose une nouvelle approche à l'une des plus épineuses questions de notre temps : alors que le réchauffement climatique se manifeste par un nombre croissant de signaux, comment se fait-il que nous puissions encore ignorer son impact sur notre planète ? Il a découvert que nos valeurs, nos opinions, nos préjugés ont leur vie propre. Par le biais d'histoires vécues et sur la base de longues années de recherches, Marshall soutient que ce qui nous amène à nier notre responsabilité dans les changements climatiques repose sur la manière dont nos cerveaux sont formatés. Après avoir assimilé ce qui stimule et menace notre intellect et nos motivations, l'auteur nous amène à envisager le changement climatique comme un problème soluble.

  • Impact

    Alex Maclean

    Contrairement à d'autres effets du changement climatique qui ne sont pas vécus de manière tangible à grande échelle, l'élévation du niveau de la mer est un indicateur visible et implacable du réchauffement climatique, dont les conséquences se font sentir à l'échelle mondiale. Quelques-uns sont encore sceptiques, mais rien ne permet de nier que l'élévation du niveau de la mer, renforcée par les tempêtes et les ondes de tempête, provoque érosion, inondations, dislocations et entraîne des dommages catastrophiques le long des côtes, et bien à l'intérieur des terres. L'élévation du niveau de la mer est aussi un facteur de déstabilisation des marchés financiers et immobiliers, en particulier à cause du renchérissement des coûts d'assurance.
    Le livre se présente comme une sorte d'enquête pour montrer, d'une manière frappante et concrète, les perturbations environnementales, économiques et sociales liées à la montée des mers. L'auteur a documenté la côte est américaine (du Maine à la Floride) et le Golfe du Mexique (de la Floride au Texas) à titre d'exemple de notre vulnérabilité au changement climatique. Les images illustrent les différents états des territoires survolés au cours de différentes saisons, avant et après la survenue d'événements météorologiques majeurs (tempêtes, ouragans), lorsque la géographie et le paysage changent de façon spectaculaire.
    Alex MacLean a établi une liste de thèmes à photographier : les espaces naturels, et leur peuplement désordonné, les moyens de défense publics ou privés, mais aussi les projets d'infrastructure côtière tels que les aéroports, les centrales nucléaires, les autoroutes et les usines de traitement des eaux usées. La liste comprend également des zones naturelles telles que les « forêts fantômes » asphyxiées par les infiltrations d'eau salée.
    Pour raconter cette histoire, il était aussi important d'équilibrer le récit des risques et des destructions avec une vision plus positive. Le livre fait donc également état des stratégies de résilience comme les systèmes naturels pour dissiper les ondes de tempête, ou les aménagements de parcs et de « terres de conservation » pouvant accepter les eaux de crue sans subir de dégâts durables, toutes stratégies qui ont pour nous valeur d'exemple alors que la prise de conscience du phénomène de la montée des eaux n'est pas encore est loin d'être acquise en Europe. Le livre est introduit par une brillante prise de parole de Bill McKibben, un des acteurs majeurs de l'activisme en faveur du climat.

  • La 14e édition revue et augmentée d'un ouvrage qui fait autorité. Rien de ce qui concerne la météorologie théorique et pratique n'est oublié ici : les phénomènes optiques, les arcs-en-ciel, les éclairs, le brouillard, les vents terrestres et marins, les différents types de nuages, la pression atmosphérique, la température, l'humidité, les précipitations et le cycle de l'eau, mais aussi les situations météo types, les influences du temps sur l'homme, les changements climatiques, le fameux effet de serre, les services et prévisions météorologiques... À notre époque où l'on s'interroge sur la fréquence des phénomènes météorologiques violents (comme les ouragans, les inondations ou les sécheresses) et où les techniques de prévision météorologiques sont de plus en plus sophistiquées, une actualisation s'imposait pour ce guide de référence.

  • Plus de 120 cartes et infographies pour appréhender la complexité du climat, saisir les enjeux du réchauffement et les moyens d'y répondre.
    Le fonctionnement du climat, perturbé par les émissions croissantes de gaz à effet de serre depuis la révolution industrielle.
    Les innombrables conséquences du réchauffement : augmentation des catastrophes naturelles, migrations ou disparitions d'espèces, bouleversement de l'agriculture et de la pêche, problèmes sanitaires et réfugiés climatiques...
    Privilégier les énergies non-carbonées, développer les transports propres, changer de modèle agricole, multiplier les gestes citoyens : lutter contre le changement climatique est possible.

  • Le dérèglement climatique nous aurait fait entrer dans « l'Anthropocène », cette ère géologique durant laquelle l'espèce humaine serait devenue la force écologique majeure. Mais le dérèglement climatique est-il réellement imputable à « espèce humaine » de manière indifférenciée et prise comme espèce naturelle ? Des historiens ont mis en doute cette vision simpliste, en faisant de l'industrialisation - et donc du dérèglement climatique - un processus résultant avant tout des dynamiques du capitalisme, inventant à cette occasion un nouveau concept : le Capitalocène. Cet ouvrage effectue un panorama critique des propositions de ces historiens en vue d'une nouvelle histoire des causes historiques du dérèglement climatique.

  • Anglais Cloud Atlas

    David Mitchell

    • Hodder
    • 9 Septembre 2004

    A reluctant voyager crossing the Pacific in 1850; a disinherited composer blagging a precarious livelihood in between-the-wars Belgium; a high-minded journalist in Governor Reagan`s California; a vanity publisher fleeing his gangland creditors; a genetically modified `dinery server` on death-row; and Zachry, a young Pacific Islander witnessing the nightfall of science and civilisation - the narrators of CLOUD ATLAS hear each other`s echoes down the corridor of history, and their destinies are changed in ways great and small.

  • Spécialiste en physique de l´atmosphère et ancien président du Groupe d´experts intergouvernemental sur l´évolution du climat (GIEC), Sir John Houghton est l´un des rares scientifiques du monde qui puisse légitimement qualifier d´ « état des lieux complet » son ouvrage sur le changement climatique. Il y expose en douze chapitres les bases physiques du changement climatique, ainsi que ses impacts et les solutions qui existent pour l´atténuer. A la fois rigoureux et accessible, abondamment illustré et documenté, cet ouvrage donnera aux profanes les clefs de compréhension du changement climatique, tout en proposant aux lecteurs avisés un aperçu complet de l´état actuel de nos connaissances sur l´un des principaux défis du XXIe siècle.

  • "Le climat du Congo Brazzaville actualise les connaissances préliminaires du climat sur le territoire du Congo-Brazzaville. Le territoire du Congo-Brazzaville se situe sur les marges occidentales du Bassin du Congo. L'ouvrage présente un aperçu des déterminants des facteurs climatiques et l'essentiel de l'analyse des caractéristiques spatiales et temporelles des éléments du climat. Il pose la problématique du climat dans les processus de développement à travers les changements climatiques, l'analyse des impacts et de la vulnérabilité, notamment dans l'élaboration des politiques économiques. - - "

  • La mobilisation autour de la conférence Paris Climat 2015 (COP 21) est l'occasion de mettre en relief la vulnérabilité des milieux et des populations du Sud face au réchauffement climatique. Certaines régions de la zone intertropicale en subissent déjà les effets, que ce soient les vagues de chaleur au Sahel, la perturbation des systèmes de mousson, la fonte des glaciers andins, les menaces sur la biodiversité, l'élévation du niveau des océans...

    Pour mieux appréhender la complexité de ces phénomènes, les recherches menées par l'IRD et ses partenaires apportent des connaissances essentielles. Cet ouvrage en donne un aperçu synthétique décliné en trois temps : observer et comprendre le changement climatique, analyser ses principaux impacts en fonction des milieux, remettre les sociétés et les politiques publiques nationales au coeur du défi climatique.

    En insistant sur les capacités de résilience des populations et des écosystèmes face à l'évolution du climat, l'ouvrage explore les solutions conciliant atténuation du changement climatique et adaptation, préservation de l'environnement et réduction des inégalités. Accessible à un large public, il fait le point sur les travaux et résultats d'une recherche résolument engagée, interdisciplinaire, qui associe étroitement partenaires du Sud et du Nord.

  • Quels sont les polluants atmosphériques ? Pourquoi la visibilité est- elle réduite en cas de pic de pollution ? Cet ouvrage répond à ces questions et à bien d'autre encore.

    Il dresse un panorama scientifique complet de la pollution atmosphérique, depuis l'étude des phénomènes météorologiques jusqu'à celle de la dispersion des polluants gazeux.

    Il regroupe pour cela de solides bases théoriques en mécanique des fluides ou chimie de l'atmosphère, pour mieux décrypter les mécanismes en jeu. Il introduit aussi les notions clefs nécessaires pour appréhender de nombreux enjeux scientifiques actuels. Il décrit par exemple avec précision le lien entre pollution atmosphérique et changement climatique, les conséquences de la destruction de l'ozone ou des pluies acides sur l'environnement ou encore les moyens de limiter les émissions de polluants.

  • Dans ce nouvel ouvrage, Vincent Boqueho présente une intéressante analyse de l'impact du climat sur l'histoire des sociétés humaines. Comment le climat a-t-il évolué ? Peut-on établir un lien entre cette évolution et le développement des sociétés humaines ? Pourquoi certaines régions ont-elles connu un essor économique tandis que d'autres sont restées à l'écart du développement ? L'apparition de foyers de civilisation coïncide avec des zones climatiques définies selon trois critères : ni trop chaud, ni trop froid, et suffisamment variables d'une année à l'autre. Sans nier que l'industrialisation et les progrès agronomiques aient rendu l'homme plus indépendant du climat, l'auteur soutient que le climat restera toujours, étant donné la croissance de la population mondiale, un facteur explicatif important.

  • Comprendre le changement climatique Nouv.

    Qu'est-ce que la science a à nous dire du changement climatique ? Qu'est-ce que les physiciens et les climatologues ont compris de la façon dont le climat de notre planète fonctionne ? Au-delà des polémiques stériles et des affirmations ­divergentes, Lawrence M. Krauss, infatigable vulgarisateur scientifique, informe tout simplement la population sur les mécaniques à l'oeuvre. A l'aide de très nombreux schémas et graphiques, il expose la chaîne des causes et des effets qui font que le climat, du fait de l'activité humaine, va inexorablement se réchauffer.
    Il permet aussi au lecteur de mieux évaluer quels sont les bouleversements climatiques certains et lesquels sont plus spéculatifs. "Comprendre le changement climatique" est une lecture indispensable pour tous ceux qui cherchent à comprendre le rôle de l'humanité dans l'avenir de notre planète.

empty