• Le symbole perdu

    Dan Brown

    Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d'urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde de Capitole, il fait une macabre découverte.
    Ce sera le premier indice d'une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie.
    Une aventure où s'affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon."Fascinant, captivant, ce roman fourmille de codes et de mystères, nous entraînant sur des chemins inexplorés." The New York Times
    "Un roman qui bouleverse notre vision d'un monde que nous pensions connaître."Newsweek
    Traduit de l'anglais par Dominique Defert et Alexandre Boldrini

  • Shirley

    Charlotte Bronte

    Publié sous le pseudonyme de Currer Bell, à Londres, en 1849, le roman paraît pour la première fois en France, en 1850. La présente édition est établie d'après la traduction française de Ch. Romey et A. Rolet, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1858.
    La province du Yorkshire subit en 1812, la première dé- pression industrielle de l'Histoire. Dans la petite paroisse de Briarfield, plusieurs destins vont se croiser. La jeune Caroline Helstone, fille du pasteur, est éprise de son cousin Robert Moore, manufacturier dont les filatures tournent à vide, nullement intéressé par un mariage peu lucratif... jusqu'à l'arrivée dans la ville voisine, Shirley Keeldar, une héritière vive et entreprenante, dont le ca- ractère charmera plus d'un habitant du Yorkshire ...

  • Marivaux n'est pas seulement le magicien des ravissements, des confusions et des conspirations amoureuses. Notre siècle, qui a le goût des paraboles sociales, redécouvre ses pièces en un acte, comme cette Colonie subversive où les femmes ont l'idée de prendre le pouvoir...L'Île des Esclaves est aussi une utopie, entre la fable philosophique et la comédie à l'italienne. Sur l'île de " nulle part ", deux couples de maîtres et d'esclaves échangent leur condition le temps d'un " cours d'humanité ". Le serviteur se donne trois ans pour corriger le seigneur de sa barbarie et de sa superbe, trois ans pour le rendre humain, sensible et généreux. Venu d'une époque qui ne connaissait pas la lutte des classes, ce conte étonne par son amertume et sa souriante cruauté.

  • En 2013, une nouvelle oubliée d'Alexandre Dumas est exhumée par un chercheur italien : elle a été publiée en feuilleton dans un journal napolitain en 1860. En Italie, la découverte fait grand bruit. Aucune version en français n'était connue. Où le manuscrit français de L'Assassinat de la rue Saint-Roch est-il donc passé ?
    Jocelyn Fiorina, professeur enseignant fréquemment à l'université de Rome et grand lecteur de Dumas, se fait enquêteur littéraire pour retrouver le manuscrit inédit perdu et percer son sens mystérieux... Son titre rappelle la nouvelle d'Edgar A. Poe, Double Assassinat dans la rue Morgue, les deux textes ont le même cadre, Paris en 1832, et surtout L'Assassinat de la rue Saint-Roch débute par la mise en scène de la rencontre de Dumas avec Poe...
    Jocelyn Fiorina nous raconte la grande énigme que renferme le manuscrit de Dumas, et formule des hypothèses qui nous entraînent dans l'histoire méconnue des sociétés secrètes, à visée révolutionnaire, au début des années 1830, des deux côtés de l'Atlantique...Pour la première fois, le texte de L'Assassinat de la rue Saint-Roch est restitué dans son intégralité en français.

  • Nous vivons dans une nouvelle société dans laquelle la machine travaille à la place de l'homme, et où paradoxalement ce dernier vit d'une façon plus précaire et souvent marginale. Notre organisation n'est plus adaptée à notre nouvel environnement. Il nous faudra désormais apprendre à vivre dans ce monde de progrès de telle manière que l'ensemble de la population profite des bienfaits de la machine, car pour le moment c'est uniquement son propriétaire qui en tire tous les avantages. La peur du chômage est le terreau sur lequel pousse l'ultra libéralisme. L'inexistence du droit au travail est celui sur lequel pousse le chômage.

empty