• Comme dans bien d'autres domaines, le XXe siècle incarne en architecture l'idée même d'innovation constructive. Celle-ci passe autant par le perfectionnement de techniques éprouvées que par l'introduction de technologies nouvelles, le plus souvent tributaires de la logique de la production industrielle qui finira par bouleverser le secteur de la construction tout entier. Comment restituer la variété et la complexité des systèmes constructifs du siècle dernier ? Par quels moyens sauvegarder les témoins de cette histoire architecturale et technique ? Sans prétention d'exhaustivité, cet ouvrage explore les spécificités de différents systèmes constructifs industrialisés et préfabriqués emblématiques du XXe siècle et analyse les problématiques relatives à leur conservation ou restructuration, transformation ou réutilisation. Souvent synonyme de production de masse et de patrimoine ordinaire, cette architecture récente met finalement au défi les conceptions et les pratiques établies de la restauration qui s'exercent sur elle.

  • Contribution originale à la connaissance de l'architecture suisse des années 1930-1960, cet ouvrage sur les frères Honegger peut se lire à la fois comme une monographie, celle d'une agence d'architecture ayant pénétré, plus que d'ordinaire, les mécanismes concrets de la production, et comme l'exploration d'un territoire plus vaste, celui d'une discipline dont les conditions d'exercice se sont radicalement transformées après la Seconde Guerre mondiale.
    L'ouvrage se divise en deux parties : dans l'une se succèdent, dans l'ordre chronologique, des notices consacrées à la description et à l'analyse d'une vingtaine de réalisations significatives ; dans l'autre se superposent, à travers une série d'essais, les plans problématiques où se joue la complexité de l'oeuvre : aventure familiale, formes de l'habitation moderne, pensée constructive, découpages techniques, rapports aux pratiques artistiques, évaluations patrimoniales, stratégies de sauvegarde, etc. En situant la production du bureau Honegger dans l'inextricable réseau de ses déterminations historiques, en cherchant à articuler entre eux des univers de connaissance éloignés, le livre donne une idée de la spécificité des objets architecturaux et des valeurs hétérogènes qu'ils transportent. L'exigence intellectuelle qui le sous-tend revêt, dans la conjoncture actuelle, un caractère exemplaire puisqu'il constitue un antidote efficace contre l'indifférence qui menace physiquement, un peu partout dans le monde, l'héritage de cette période.

  • Le bâti moderne et contemporain apparaît aujourd'hui comme le lieu même de l'exercice du métier d'architecte, tant par son ampleur, que par les interrogations théoriques qu'il soulève. Le projet d'architecture au plus près de l'existant se définit comme projet de sauvegarde, c'est-à-dire à la fois en tant que projet de conservation, mais aussi de nouvelle matérialité. Il requiert un savoir-faire tout particulier quant aux techniques d'entretien raffiné, de conservation, de restauration, voire de "weiterbauen" à mettre en oeuvre. L'histoire matérielle du bâti constitue son assise, et elle impose une connaissance exhaustive des différents matériaux, chantiers et systèmes constructifs développés au cours du XXe siècle.

    Ce recueil d'essais et de réflexions critiques se propose de participer à la reconnaissance de cette discipline nouvelle que constituent à la fois la connaissance de l'histoire matérielle et celle du projet de sauvegarde. Un savoir actif et vivant, en lien étroit avec la pratique, la recherche et l'enseignement en architecture. Sur la base d'une approche inédite mettant en lumière les contextures matérielles, cet ouvrage de référence appelle à l'élargissement de la recherche architecturale contemporaine au projet dans l'existant, ainsi qu'aux considérations sur la préservation des qualités de notre bâti le plus récent.

  • Achevée en 1957, la Nouvelle buvette de la Source Cachat à Évian-les-Bains est à classer parmi les icônes du XXe siècle. Le bâtiment est issu de la collaboration fructueuse entre un architecte expérimenté, Maurice Novarina, un constructeur, Jean Prouvé, et un ingénieur-architecte, Serge Ketoff. Le résultat de cette aventure collective est un «objet technique» de valeur exceptionnelle. OEuvre architecturale d'indéniable originalité, parfaitement intégrée d'ailleurs dans le paysage de la ville thermale d'Évian, elle cache une série de dispositifs techniques ingénieux.
    Issue d'une étude historique et matérielle conduite par le laboratoire TSAM de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne sur la base de documents inédits, cette première monographie richement illustrée de la buvette d'Évian témoigne de son importance dans l'architecture des années 1950.

  • Un panorama historique de l'industrialisation de la construction au cours du siècle dernier avant de s'attarder sur un de ses aspects essentiels, celui d'une architecture pensée comme un objet technique, montrant comment l'industrialisation du bâtiment en général et la préfabrication en particulier ont permis l'avènement puis la diffusion du logement de masse.

  • Avanchet-Parc ; « cité de conception nouvelle et originale », 1969-1977 Nouv.

    Avanchet-Parc à Genève est une cité hors du commun. C'est une belle histoire aussi, l'histoire d'une collaboration réaliste entre les syndicats, les associations patronales et un promoteur privé qui, pour répondre à une crise du logement qui perdure, unissent leurs forces pour réaliser un ensemble pour 7000 habitants - 2033 appartements - avec une très grande mixité sociale.
    À son inauguration en 1977, la cité Avanchet-Parc a été saluée comme «l'opération la plus importante dans l'extension de l'agglomération urbaine». Tout est mis en place pour contraster l'effet de «monotonie» contesté aux grands ensembles qui sont sortis de terre dans les Trente glorieuses: implantation en étoile avec perspectives fuyantes, enveloppes enrichies par des jeux volumétriques du plus bel effet, mise en couleur spectaculaire, aménagements extérieurs splendides.

  • Consacré à la sauvegarde des grandes oeuvres de l'ingénierie du XXe siècle, ce premier numéro des "Cahiers du TSAM" explore le devenir de certaines des plus remarquables et emblématiques structures en béton du siècle passé. A travers les fi gures d'héroïques constructeurs, il interroge l'héritage construit des ingénieurs, convoquant les plus audacieux d'entre eux (Freyssinet, Isler, Maillart, Nervi, Vierendeel, etc.). Alors que la sauvegarde de l'architecture du XXe siècle s'est récemment constituée en discipline à part entière, la préservation des ouvrages de l'ingénierie de cette période est encore balbutiante. Considérés trop souvent sous le seul point de vue de la sécurité ou de la maintenance, ces ouvrages s'avèrent parfois de véritables chefs-d'oeuvre, jalons d'un "art de l'ingénieur" à la frontière entre performance technique et beauté plastique. Ces cahiers sont donc l'occasion d'initier, à l'appui d'exemples et de projets de sauvegarde concrets, une sensibilisation aux enjeux patrimoniaux dans le domaine de l'ingénierie.

    This first issue of the Cahiers du TSAM, dedicated to the conservation of the 20th century's great works of engineering, aims to explore the future of some of the most remarkable and emblematic concrete structures of the previous century. Through the personalities of the heroic builders, this publication aims to consider what the engineers - the most daring of whom (Freyssinet, Isler, Maillart, Nervi, Vierendeel, etc.) are represented here - bequeathed to the century. While the conserva-tion of 20th century architecture has in recent years been seen as a discipline in its own right, the conservation of 20th century engineering is still in its infancy. Considered too offen purely from the point of view of security or maintenance, these works are now often seen as true masterpieces, cutting edge achievements of the "engineer's art", as stunning for their plastic beauty as for their technical performance. This publication provides an opportunity to stimulate, with reference to concrete examples and projects, an awareness of the heritage challenges to be addressed in the fi eld of engineering.

  • La notion de confort physiologique - hygrothermique, mais aussi lumineux et acoustique - est à relever parmi les impératifs majeurs de la production architecturale du XXe siècle. Dissimulés, incorporés, ou alors exposés, voire littéralement mis en scène, les dispositif du confort occupent une place prépondérante dans le projet d'architecture.

    L'ouvrage se propose de restituer la centralité des réseaux, paradoxalement "encombrants" mais "invisibles", dans l'architecture moderne et contemporaine. Venant d'horizons disciplinaires très divers, les auteurs retracent ici tant les raisons culturelles que les enjeux matériels du "projet du confort".

    Egalement, quelques réalisations emblématiques récentes sont présentées par leurs propres concepteurs. Par un juste équilibre entre la sauvegarde du patrimoine moderne et les nouveaux paradigmes d'économie d'énergie, elles démontrent l'actualité de la notion de confort dans sa nouvelle acception intégrant désormais la "durabilité". Les installations techniques sont au coeur de ces réflexions.

    Avec les contributions de : Patrick Aeby, Daniel Bosshard, Federico M. Butera, Vanessa Fernandez, Emmanuelle Gallo, Franz Graf, André Guillerme, Dean Hawkes, Pierre-Edouard Latouche, Giulia Marino, Matteo Mariotti, César Martin Gomez, Eric Monin, Reto Mosimann ,Rolf Mühlethaler, Heinz Müller, Ignacio Paricio, Virginie Picon-Lefebvre, Eduardo Prieto, Margarida Quintâ, Giulio Sampaoli, Stefan Schmidlin, Nathalie Simonnot, Meritxell Vaquer.

empty