Revue amc n.281 ; architecture revue mensuelle Nouv.

Revue amc n.281 ; architecture revue mensuelle

Résumé

Au sommaire du numéro d'AMC qui vient de paraître (n°281-octobre 2019) : un événement sur Notre-Dame de Paris, un dossier sur les gares du Grand Paris Express, des détails sur les structures en bois et une matériauthèque consacrée à la ZAC Clichy-Batignolles. Mais aussi les réalisations du mois : la Meca à Bordeaux par BIG et Freaks, la réhabilitation d'une caserne en pôle universitaire à Paris XVe par Chartier Dalix, l'espace culturel et social Gonzague-Saint-Bris à Cabourg par Lemoal Lemoal, la restructuration du cours Michelet à La Défense par Cro&Co, ainsi que la transformation à Londres de trois garages en une maison individuelle par Sophie Hicks. En référence, les programmes d'hébergements et centres de loisirs de Roland Schweitzer (1925-2018). Edito : Eléphantesque. «Indécent», «absurde», «insupportable», «inacceptable», «grave offense aux usagers du transport», les mots pour caractériser le projet de restructuration de la gare du Nord à Paris, utilisés par les signataires d'un pamphlet dans Le Monde (*) -dont plusieurs Grands Prix d'architecture ou d'urbanisme- sont d'une rare violence. Surtout dans un milieu qui pratique habituellement l'entre-soi avec des débats -ou des règlements de compte-, qui ne parviennent que trop rarement jusque sur la place publique. Rappelons les faits: la gare du Nord, où transitent 700000 voyageurs par jour, verrait sa fréquentation s'accroître pour atteindre 900000 personnes en 2030. Une consultation pour son extension a donc été lancée par la SNCF, remportée en 2018 par l'investisseur et promoteur Ceetrus (Groupe Auchan), associé à l'agence Valode et Pistre. L'implication d'un opérateur privé dans la restructuration d'une gare, bâtiment public emblématique, n'est pas nouvelle: en témoignent l'augmentation en 2012 des surfaces commerciales de la gare Saint-Lazare, qui sont passées de 6000 à 10000 m2, ou celle en cours à la gare Montparnasse, de 6500 à 19000 m2. Sans parler des gares du Grand Paris, qui seront toutes dotées de nombreux services (p. 53-61). Le problème, à la gare du Nord, est que le bouchon a été poussé un peu loin. Outre le fait que la précédente rénovation, due à Jean-Marie Duthilleul en 2001, passe par pertes et profits -elle a pourtant largement fluidifié les parcours en les baignant de lumière naturelle-, la restructuration à venir installe sur le flanc est de la gare pas moins de 50000 m2 de commerces, bureaux et services (contre 10000 aujourd'hui). Un programme éléphantesque, que le voyageur sera obligé de traverser pour prendre son train, sans pouvoir accéder aux quais directement depuis le parvis et la façade historique (1864) de Jacques-Ignace Hittorff. Le plus gênant dans cette affaire n'est pas tant le projet de Valode et Pistre mais bien la pénible impression que la programmation, menée par une société d'économie mixte dans laquelle le groupe Auchan est majoritaire (66%), a été conçue pour capter les centaines de milliers de voyageurs quotidiens, en qui sommeillent autant de consommateurs potentiels. Un pas décisif aura été franchi dans cette tendance, qui semble désormais généralisée, d'allouer espaces et bâtiments publics aux intérêts privés. Gilles Davoine, rédacteur en chef. (*) «Le projet de transformation de la gare du Nord est inacceptable», Le Monde, 4 septembre.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782281196573
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 150 Pages
  • Longueur 30 cm
  • Largeur 23 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 404 g
  • Distributeur Hachette

Rayon(s) : Arts et spectacles > Architecture / Urbanisme > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'architecture

empty